Concours permanent (juin)

Chaleureuses salutations nantaises,

Nous nous retrouvons en ce jour dominical pour un nouveau concours mensuel. Quels livres pourraient être bien mis en jeu ce mois-ci ? Encore un peu de patience ! Un bref récapitulatif des règles s’impose.

Le concours se compose de cinq questions : les quatre premières sont librement inspirées par nos nouveautés du mois dont la couverture fera l’objet d’une bannière en en-tête de notre blog. La cinquième question portera sur l’ordre d’apparition de ces fameuses bannières.

Pour participer, il vous suffit de répondre à toutes les questions en commentaire à ce billet. Les cinq lauréats seront désignés par tirage au sort parmi ceux qui auront donné toutes les bonnes réponses. Ils remporteront le livre de leur choix parmi les nouveautés mises en jeu. (Vous préciserez l’ouvrage qui vous intéresse à la fin de votre commentaire.) Si le nombre de gagnants ainsi désigné est inférieur à cinq, les autres gagnants seront désignés par tirage au sort entre les participants totalisant un maximum de bonnes réponses.

Ce concours se terminera le mercredi 19 juin à midi (heure atalantéenne).

Allez ! Vous avez été particulièrement charmants : dévoilons nos nouveautés et nos questions.

A – Dans L’Empire du milieu de David Wingrove, combien de tangs se partagent le pouvoir ?

  1. 8
  2. 7
  3. 6

B – Sur quelle planète est retourné Théo dans le roman d’Olivier Paquet, La Mort du Melkine ?

  1. Giverny
  2. Gigante
  3. Giverne

C – Dans Vers les ténèbres d’Andreï Dyakov, comment se nomme le vaisseau dont l’équipage assiste à la destruction de l’île Moshchny ?

  1. Babel
  2. L’Arche
  3. DeLorean

D – Dans quelle ville Quentin, Julia, Eliot et Janet rencontrent-ils un dragon dans la suite de Lev Grossman, Le Roi magicien ?

  1. New-York
  2. Venise
  3. Tegucigalpa

D- Quelle bannière verrez-vous apparaître le 21 juin, le 29 juin, le 6er et le 14 juillet ?

  1. L’Empire du milieu
  2. Vers les ténèbres
  3. La Mort du Melkine
  4. Le Roi magicien

Pour ce joli mois de juin (nous nourrissons l’infime espoir que cette fois-ci le soleil sera parmi nous durablement… comme on dit, l’espoir fait vivre !) vous pourrez gagner : L’Empire du milieu de David Wingrove, La Mort du Melkine d’Olivier Paquet, Vers les ténèbres d’Andreï Dyakov et Le Roi magicien de Lev Grossman.

Que la force des bonnes réponses soit avec vous !

Les nouveautés du mois

Chaleureux bonjour atalantéen,

C’est sous un soleil radieux que nous sommes de retour pour vous annoncer nos sorties du mois ! Vous avez aimé Magiciens de Lev Grossman ? Retrouvez Quentin, Julia, Eliot et Janet dans Le Roi Magicien ! Olivier Paquet revient avec son vaisseau le Melkine dans La Mort du Melkine. Andreï Dyakov nous offre une plongée dans les tréfonds du métro pétersbourgeois avec Vers les ténèbres. Quant à David Wingrove, il poursuit sa saga Zhongguo avec L’Empire du Milieu.

Commençons notre présentation par un roman de Science-fiction précurseur et palpitant dont l’action se déroule entre l’Angleterre et la Chine profonde.

9782841726387_300PAIX IMMUABLE

2196. Plus d’un siècle s’est écoulé. Un siècle de paix pour le Zhongguo et ses bientôt quarante milliards d’âmes réparties dans les trois cents niveaux des Sept Cités. Le Conseil des tangs veille jalousement sur cette paix. La clé en est la stabilité, c’est-à-dire le refus du changement. Mais peut-on arrêter la grande roue de l’Histoire ?

CHAOS EN GERME

Car il y a des insatisfaits, notamment parmi les Hongmao au long nez. Et le goût du complot n’a pas disparu, y compris dans l’entourage du pouvoir. L’assassinat du ministre de l’Édit, chargé du contrôle des technologies nouvelles, servira de détonateur. Le Zhongguo se précipite vers la guerre des Deux Directions. Mensonge, crime et trahison ne connaîtront plus de barrières.

Empreint d’une originalité manifeste, La Mort du Melkine est un space opera abordant ingénieusement les thèmes de la diffusion des cultures et de l’échange.

9782841726400_300Le développement de la communication instantanée dans l’espace a bouleversé l’Expansion. Les Fréquences s’affrontent pour étendre leur influence, effaçant les conditionnements culturels. À ce jeu, la Technoprophète se révèle la plus brutale et la plus engagée des conquérantes.

À l’écart de ce conflit, les anciens élèves du Melkine cherchent leur place dans cet univers. Théo est retourné sur Giverne et ses mystérieux arbres de verre, rêvant du jour où il retrouvera les étoiles, tandis que sa femme, Myriam, tente d’assurer une vie confortable à leur famille.

Quand ils reçoivent la visite d’Ismaël, ce n’est plus l’adolescent chassé du vaisseau mais le dirigeant de Crépuscule, la seule Fréquence capable de rivaliser avec Banquise. Quinze années ont passé, que reste-t-il des serments d’amitié et des promesses ?

Insensible à ces enjeux, le Melkine poursuit son voyage dans l’espace. Cependant, tôt ou tard, Arthur,

Indira et Alexandre, comme tous les professeurs, devront choisir leur camp ou disparaître.

Empli d’univers parallèles, Le Roi magicien nous fera passer de l’affolement à l’effroi. Ce livre deviendra le parfait compagnon des amateurs de J. K. Rowling et C. S. Lewis.

9782841726424_300Le temps a passé depuis les aventures contées dans Les Magiciens. Quentin, Julia, Eliot et Janet sont désormais les souverains de Fillory, le royaume magique de leurs lectures enfantines. Mais le merveilleux tourne parfois au noir. Et de graves incidents troublent la quiétude du château royal. Un oracle de mort et de destruction tombe sur le pays enchanté.

Énigmes et menaces entraînent Quentin et Julia dans un nouveau périple. La quête qui les attend passe par l’Amérique dont ils sont issus, elle traverse l’école de Brakebills, s’attarde à Venise pour y rencontrer un dragon, plonge entre les mondes et jusque dans l’au-delà. Les sept clés d’or sauveront-elles Fillory ? Et le plus grand mystère ne viendrait-il pas de Julia elle-même, dont la découverte de la magie a suivi un cheminement obscur ?

Confirmant le talent d’Andreï Dyakov, Vers les ténèbres nous plonge au cœur des intrigues du métro de Saint-Pétersbourg. Entre action et rebondissements, l’auteur nous laisse peu de temps pour reprendre notre respiration dans une intrigue où les apparences sont toujours trompeuses…

9782841726417_300Retour d’une mission, l’équipage du Babel assiste, impuissant, à la destruction de l’île Moshchny, son refuge, dans une explosion nucléaire. Barricadés dans une station, les rescapés lancent un ultimatum à l’ensemble du métropolitain de Saint-Pétersbourg : si les responsables de cette abomination ne leur sont pas livrés sous une semaine, un gaz mortel balaiera tout le réseau. Les délégués réunis des grandes lignes souterraines décident de confier l’enquête à Taran, un stalker à la réputation sans tache.

Le compte à rebours pour la survie est lancé.

J’en ai déjà l’eau à la bouche, pas vous ? Pourtant, ce n’est que le 20 juin que vous retrouverez toutes ces nouveautés chez vos libraires préférés. En attendant, notre concours mensuel vous attend dès le 16 juin pour tenter de remporter un de ces titres.

En attendant, bonnes lectures !

Du métro et de ses ramifications

Chères lectrices et chers lecteurs, merci !
Et merci à vous aussi, amis libraires.

Voilà deux mois que Vers la lumière d’Andreï Dyakov est dans toutes les librairies, l’occasion de faire le point sur cet univers incrémental et partagé qu’a lancé Dmitry Glukhovsky suite au succès de son premier roman : Métro 2033.

Alors que Métro 2033 va connaître son sixième tirage au début de l’année 2013 et que Métro 2034 emboîte le pas à son grand frère (puisqu’on ne va pas tarder à l’imprimer pour la quatrième fois), l’accueil que vous avez réservé à Vers la lumière d’Andreï Dyakov laisse présager le meilleur pour ce premier roman traduit en français de ce vaste univers post-nucléaire (toujours en expansion).

À l’heure où j’écris ces lignes l’univers du métro comporte 32 ouvrages :

  • Les deux romans fondateurs de Dmitry Glukhovsky
  • Un roman britannique
  • Un roman italien
  • Un recueil de nouvelles
  • Vingt-sept romans russes dont certains forment des séries au sein même de l’univers

J’ai eu l’occasion de l’écrire par ailleurs : le niveau n’est pas homogène tout comme l’intérêt scénaristique. Je surveille néanmoins les nouvelles parutions pour repérer les romans dont la portée peut dépasser les frontières pour trouver un écho auprès du public francophone.

À ce titre, je peux vous annoncer que je te travaille à la traduction de Vers les ténèbres d’Andreï Dyakov dont la parution est prévue au mois de juin 2013. Même si les deux romans ne forment pas une série au sens propre, l’action de ce second opus s’inscrit dans la continuité du premier.

Autre point d’importance, la série a trouvé son illustrateur, puisque désormais c’est le très talentueux Benjamin Carré (dont vous pouvez admirer le travail ci-contre) qui en assurera les illustrations de couverture.

Si vous ne connaissez pas Métro 2033, voici un article que j’y ai consacré peu après la sortie du roman. Pour en découvrir davantage n’hésitez pas à glaner des informations sur la Toile et à télécharger ici même les premiers chapitres de :

  • Métro 2033 de Dmitry Glukhovsky, qui pose les fondements de cet univers post-nucléaire et en définit les canons ;
  • Métro 2034 de Dmitry Glukhovsky, qui s’amuse à clore un projet d’écriture avec un jeu de miroirs étonnant ;
  • Vers la lumière d’Andreï Dyakov, qui peut être lu indépendamment des deux autres et qui se suffit parfaitement à lui-même.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter « bonne découverte » et vous dire à bientôt pour d’autres nouvelles du front russe.

Denis E. Savine

P.S. : Et j’ai failli oublier de vous signaler que vous pouvez désormais retrouver Métro 2033 en édition numérique sur vos plateformes préférées.

Concours : L’Empire du sommeil et Vers la lumière

Chers lecteurs,

Cette semaine, vous avez l’opportunité de participer à deux concours dotés d’ouvrages parus chez nous. Grâce au premier, organisé par Actu SF, vous pourrez remporter des exemplaires de Vers la lumière d’Andreï Dyakov, qui vous plongera dans le Saint-Pétersbourg de l’an 2033. C’est le premier titre traduit de la série Univers de Métro 2033 développée et dirigée par Dmitry Glukhovsky.
Pour découvrir ce roman, je vous propose d’en télécharger les premières pages. Et pour tenter votre chance, rendez-vous ici.

Le second concours, que vous découvrirez quelques lignes plus bas, vous fera gagner le tout nouveau roman de Sylvie Denis : L’Empire du sommeil. Cinq exemplaires sont mis en jeu.
Pour le découvrir, n’hésitez pas en télécharger un extrait.

Petit rappel des règles pour ceux qui reviennent de vacances:
Cinq questions, dont quatre à choix multiples et une ouverte (sur laquelle on a beaucoup réfléchi). Comme d’habitude, laissez vos réponses en commentaire de ce message. Attention, seuls ceux d’entre vous qui auront donné les quatre bonnes réponses au QCM pourront espérer remporter l’ouvrage, même si vous n’êtes pas cinq. Le concours sera clôturé le 14 septembre à 19h (heure de Paris) et les résultats publiés le 18 septembre.

A – Comment s’appellent les autochtones de la planète Ninhs ?

1. Les Ninhsis
2. Les Mininhs
3. Les Sininhs

B – Quelle est l’ancienne profession de Bernat Ovioli, l’homme qui a trouvé les livres contant l’histoire de Ninhs ?

1. Bûcheron
2. Pêcheur
3. Boulanger

C – De quelle phobie souffre Aleshka suite à son séjour en prison ? (avec des traductions si vous n’avez pas de dictionnaire sous la main)

1. La bélénophobie (peur des aiguilles)
2. L’achluophobie (peur de l’obscurité)
3. L’agoraphobie (peur des espaces ouverts)

D – Quelle est la spécificité de la cité d’An-Narhr ?

1. Elle est transparente
2. Elle se trouve dans les arbres
3. Elle se trouve dans l’eau

E – Question ouverte : et vous, êtes-vous plutôt Empire du sommeil ou Empire State Building ?

Bonne chance à tous !

Les nouveautés du mois

Chères lectrices et chers lecteurs,

Nous voici de retour pour le rendez-vous du premier mardi du mois pour vous présenter nos nouveautés de septembre. Ce mois-ci, nous parlerons de santé, de la nôtre, mais aussi de celle des habitants du Saint-Pétersbourg post-nucléaire. Il sera question également de planètes colonisées, de machinations sournoises et de sanctuaires.

Commençons par le domaine de la science-fiction francophone avec la sortie de L’Empire du sommeil, la suite de La Saison des singes, que vous avez été nombreux à réclamer. Et une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, nous rééditons le premier opus avec une couverture flambant neuve signée Manchu. Et pour vous mettre l’eau à la bouche, je vous propose d’en télécharger un extrait.

La civilisation humaine la plus avancée, que représentent les Grands Modifiés et la Charte, mise en position de faiblesse par l’épidémie de grand sommeil, subit des attaques de plus en plus nombreuses du monde des Cartels.

Dans le même temps Irina Mincor, la Grande Modifiée de l’Abondant, s’est installée sur un astéroïde en orbite de la planète Ninhs dans l’idée de reconstituer son vaisseau tout en surveillant Kiris T. Kiris, la responsable de son naufrage. Et elle repère que, profitant des migrations auxquelles les humains et la population arboricole autochtone se préparent pour affronter l’hiver, Kiris T. Kiris s’apprête à les attaquer.
Elle lance un appel de détresse, attirant les Grands Modifiés hors de leur territoire habituel.

 

 

Un peu de thriller dans ce monde de SF avec HIDE*OUT, Le Sanctuaire d’Andreas Eschbach.

Au cœur des vastes forêts bordant la frontière avec le Canada, Christopher Kidd et le groupe de Jeremiah Jones ne sont plus en sécurité : la Cohérence a retrouvé leur trace. Une fuite éperdue à travers les États-Unis les mènera du Montana à Seattle en passant par les territoires Indiens, puis jusqu’au désert de l’Arizona où, peut-être, ils trouveront le répit. En chemin, certains rencontreront la gloire, d’autres succomberont au chant des sirènes.
Dans l’ombre, patiemment, la Cohérence tisse sa toile.
Christopher devra mettre tout son talent de hacker à contribution pour lui échapper et sauver ses proches.

Mais pour combien de temps ?

Premier roman traduit en France de la série de « L’Univers de Métro 2033 », Vers la lumière d’Andreï Dyakov nous entraîne dans les tunnels et couloirs du métropolitain de Saint-Pétersbourg où la puissante Alliance littorale arme une expédition vers la surface. Pour télécharger les premières pages du roman, c’est ici.

Saint-Pétersbourg, 2033. Bélier est l’un des stalkers les plus aguerris du métro pétersbourgeois ; nul ne discute le prix de ses services. Gleb est un jeune orphelin de douze ans dont la vie se résume à vider les fosses d’aisance de sa station natale, Moskovskaya. Cette vie va changer à tout jamais le jour ou Bélier réclame le garçon pour prix d’une mission périlleuse que souhaite lui confier la puissante Alliance littorale : conduire une expédition en surface jusqu’à Kronstadt. Une lumière a été aperçue dans cette direction.

Est-ce un message des survivants de l’île ? Ou est-ce, comme d’autres le prétendent, le signe de l’arrivée d’un navire destiné à conduire les survivants de la Catastrophe vers une terre promise ?

Et pour terminer la présentation du mois, un ouvrage issu de notre collection de sciences humaines Comme un accordéon : Nos choix de santé de Véronique Guienne.

Toute notre vie, il nous faut prendre des décisions concernant notre santé ou celle de nos proches. Comment opérer ces choix ? Anticiper ou non, se faire dépister, opter pour tel traitement, se faire surveiller lorsque l’âge vient… autant de dilemmes pratiques, à l’heure où les injonctions se multiplient, dans un contexte où l’économie dicte sa loi.

Véronique Guienne explore ces questions à travers ses observations du milieu hospitalier et l’analyse des controverses médicales et des débats publics. L’ambivalence des patients, les doutes thérapeutiques des médecins, les règles quant aux normes médicales et gestionnaires, l’opacité des options en matière de santé publique… Une part d’autonomie est-elle possible dans nos prises de décision ? Cette sociologie engagée invite à inventer, chacun à son échelle, une vie personnelle plus réfléchie et lucide de même qu’une vie collective plus juste et solidaire.

Véronique Guienne est sociologue, professeur des universités à Nantes et chercheuse au CENS, le Centre nantais de sociologie.

Les voici donc, ces nouveautés que vous trouverez dès le 20 septembre chez votre libraire préféré. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un mois de bonnes et saines lectures !