Dmitry Glukhovsky en France !

À l’occasion de la sortie de son dernier roman, Dmitry Glukhovsky effectue une tournée internationale et arrive en France début octobre. Découvrez son itinéraire :

tournee_glukhovskyQuand en 2010 nous avons publié Métro 2033 puis Métro 2034, nous étions certains qu’un écrivain d’envergure venait s’ajouter à la liste déjà prestigieuse de notre catalogue d’auteurs européens. Dmitry Glukhovsky sait faire coïncider le mythe et l’intime, les dialogues percutants et l’érudition, la hauteur de vue et l’émotion. Après les 35 000 exemplaires de Métro vendus, le prix des Utopiales qui a récompensé Sumerki en 2014, voici FUTU.RE.

Dmitry Glukhovsky, voix critique de la Russie contemporaine, nous y livre en plan large une vision de l’Europe, de l’avenir, de l’humanité. Son but avoué est d’explorer les limites de la société moderne et ses dérives en se plaçant dans la lignée de romans tels que Le Meilleur des mondes et 1984.Metro-2033-2_rvb

Il nous dit aussi ce que c’est qu’être père.

La conduite du récit est irréprochable, et la lente mise au point jusqu’à la netteté absolue du dernier chapitre est digne des plus grands thrillers.

RÉSUMÉ

Dans un avenir pas si lointain… l’humanité a su manipuler son génome pour stopper le processus de vieillissement et jouir ainsi d’une forme d’immortalité.

L’Europe, devenue une gigapole hérissée de gratte-ciel où s’entasse l’ensemble de la population, fait figure d’utopie car la vie y est sacrée et la politique de contrôle démographique raisonnée. La loi du Choix prône que tout couple qui souhaite avoir un enfant doit déclarer la grossesse à l’État et désigner le parent qui devra accepter l’injection d’un accélérateur métabolique, lequel provoquera son décès à plus ou moins brève échéance.

Une mort pour une vie, c’est le prix de l’État providence européen.

futureMatricule 717 est un membre de la Phalange qui débusque les contrevenants. Il vit dans un cube miteux de deux mètres d’arête et se contente du boulot de bras droit d’un commandant de groupe d’intervention. Un jour, pourtant, le destin semble lui sourire quand un sénateur lui propose un travail en sous-main : éliminer un activiste du parti de la Vie, farouche opposant à la loi du Choix et au parti de l’Immortalité, qui menace de briser un statu quo séculaire.

FUTU.RE sera disponible en librairie le 24 septembre 2015.

Un métro pour les accueillir tous

Bonjour à tous,

C’est l’été… enfin, selon le calendrier. Quand je regarde par la fenêtre de mon bureau, je me dis que je suis bien mieux à l’intérieur. Et le problème d’être à l’intérieur, c’est qu’il faut s’occuper pour ne pas tourner en rond et devenir chèvre. La lecture est une saine occupation, mais je suis sûr que certains d’entre vous se laisseraient bien tenter par des loisirs plus ludiques… Eh bien, les éditions L’Atalante vous proposent un concours pour vous attirer du côté obscur de la force du livre : les jeux vidéo tirés de romans à succès.

Il en est un en la matière pour lequel nous avons un petit faible, c’est Metro : Last Light, tiré de l’univers du roman Métro 2033 de Dmitry Glukhovsky. Donc, à l’occasion de la parution de Vers les ténèbres d’Andreï Dyakov qui poursuit magistralement la saga pétersbourgeoise débutée dans Vers la lumière, nous vous proposons de remporter des jeux Metro : Last Light pour XBox 360 et PS3.

Pour tenter de gagner un des dix CD mis en jeu, il vous suffira de répondre aux questions qui vont suivre en commentaire à ce billet. Vous préciserez également la console pour laquelle vous souhaitez recevoir le jeu. Le concours sera déclaré clos le vendredi 28 juin à 14h, heure de Saint-Pétersbourg. Dans le cas où plus de dix candidats auront répondu juste à l’ensemble des questions, les gagnants seront désignés par tirage au sort. Seuls les candidats ayant donné des bonnes réponses à l’ensemble des questions pourront prétendre remporter le concours (pas de rattrapage, cette fois… oui, la vie est cruelle dans le métro post-nucléaire !)

Petite précision : la première question concerne Métro 2033, la deuxième Métro 2034, la troisième Vers la lumière et la quatrième Vers les ténèbres.

A – Comment s’appelle la station mythique au centre du métropolitain moscovite où doit se rendre Artyom ?

  1. City
  2. Polis
  3. Urbs
  4. Iyr

B – Quel est le souvenir le plus cher d’Homère du monde d’avant la Catastrophe ?

  1. La chute de Troie
  2. Le retour d’Ulysse à Ithaque
  3. Une pluie d’été devant un hôpital
  4. La découverte de la Toison d’Or par les Argonautes

C – Quelle est la signification du nom Taran ?

  1. Bélier
  2. Trébuchet
  3. Baliste
  4. Catapulte

D – Qu’est-ce que Zourbagan ? (ATTENTION ! IL Y A UN PIÈGE !)

  1. Une divinité impie
  2. Un plat à base de cochon et de champignons
  3. Une ville merveilleuse imaginaire
  4. Une chanson

Bonne chance à tous !

Du métro et de ses ramifications

Chères lectrices et chers lecteurs, merci !
Et merci à vous aussi, amis libraires.

Voilà deux mois que Vers la lumière d’Andreï Dyakov est dans toutes les librairies, l’occasion de faire le point sur cet univers incrémental et partagé qu’a lancé Dmitry Glukhovsky suite au succès de son premier roman : Métro 2033.

Alors que Métro 2033 va connaître son sixième tirage au début de l’année 2013 et que Métro 2034 emboîte le pas à son grand frère (puisqu’on ne va pas tarder à l’imprimer pour la quatrième fois), l’accueil que vous avez réservé à Vers la lumière d’Andreï Dyakov laisse présager le meilleur pour ce premier roman traduit en français de ce vaste univers post-nucléaire (toujours en expansion).

À l’heure où j’écris ces lignes l’univers du métro comporte 32 ouvrages :

  • Les deux romans fondateurs de Dmitry Glukhovsky
  • Un roman britannique
  • Un roman italien
  • Un recueil de nouvelles
  • Vingt-sept romans russes dont certains forment des séries au sein même de l’univers

J’ai eu l’occasion de l’écrire par ailleurs : le niveau n’est pas homogène tout comme l’intérêt scénaristique. Je surveille néanmoins les nouvelles parutions pour repérer les romans dont la portée peut dépasser les frontières pour trouver un écho auprès du public francophone.

À ce titre, je peux vous annoncer que je te travaille à la traduction de Vers les ténèbres d’Andreï Dyakov dont la parution est prévue au mois de juin 2013. Même si les deux romans ne forment pas une série au sens propre, l’action de ce second opus s’inscrit dans la continuité du premier.

Autre point d’importance, la série a trouvé son illustrateur, puisque désormais c’est le très talentueux Benjamin Carré (dont vous pouvez admirer le travail ci-contre) qui en assurera les illustrations de couverture.

Si vous ne connaissez pas Métro 2033, voici un article que j’y ai consacré peu après la sortie du roman. Pour en découvrir davantage n’hésitez pas à glaner des informations sur la Toile et à télécharger ici même les premiers chapitres de :

  • Métro 2033 de Dmitry Glukhovsky, qui pose les fondements de cet univers post-nucléaire et en définit les canons ;
  • Métro 2034 de Dmitry Glukhovsky, qui s’amuse à clore un projet d’écriture avec un jeu de miroirs étonnant ;
  • Vers la lumière d’Andreï Dyakov, qui peut être lu indépendamment des deux autres et qui se suffit parfaitement à lui-même.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter « bonne découverte » et vous dire à bientôt pour d’autres nouvelles du front russe.

Denis E. Savine

P.S. : Et j’ai failli oublier de vous signaler que vous pouvez désormais retrouver Métro 2033 en édition numérique sur vos plateformes préférées.