Ne vous laissez pas intimider ! (Avant-garde de Jack Campbell)

C’est certain, une série forte de douze tomes (La Flotte perdue) associée à une série parallèle comprenant aujourd’hui quatre tomes (Étoiles perdues) a de quoi intimider.

    

Si vous faites partie des lecteurs qui attendent la fin d’une séquence de livres pour vous lancer, je ne peux que dire : c’est le moment !
Pour les autres, les intimidés, rejouissez-vous, l’auteur vous a réservé un beau marchepied, une entrée en douceur dans son univers … une préquelle.

L’occasion de découvrir son univers graduellement puisque cette nouvelle série se situe au moment où l’Humanité explose vers les étoiles. Cette époque où la Terre renonce à son magistère et où la colonisation prend une tournure… anarchique, émaillée de nombreux conflits.Avant la constitution des deux empires ou alliances que nous connaissons bien dans « La Flotte perdue », certaines des nouvelles colonies, éloignées de la Terre mère, cèdent donc à la tentation impériale à l’intérieur et à l’extérieur de leurs frontières.

Quoi de plus tentant que de faire main basse sur ces vaisseaux remplis de matériel de colonisation et de colons rackettables ? Et, une fois constituées, ces colonies n’ont-elles pas besoin d’une protection, d’un véritable leader et d’une organisation politique ?

Quelle tentation pour tous ces futurs petits potentats locaux à qui l’absence de loi a donné des ailes.

Nous voici donc dans un contexte d’anarchie comme on n’en a plus connu depuis des siècles sur Terre. On y fait la connaissance des premiers anticorps de ce nouveau Far West ; des gens qui ne se sentent pas utiles ou valorisés sur Terre et qui cherchent un sens à leur vie. Aspirés par les conflits qui se multiplient sur leur chemin, ils montreront que volonté, débrouillardise et abnégation permettent d’allumer des contre-feux à cette épidémie d’empires autoritaires.

On trouvera parmi eux un lointain ascendant de notre Black Jack Geary, officier junior de la flotte terrienne, une ancienne Marine décidée à ne plus s’en laisser conter, un politicien déchu et repentant ainsi qu’une ancienne administratrice aux prises avec la réputation détestable de sa planète d’origine : Mars.

Oubliez les guerres entre puissantes flottes de rutilants vaisseaux spatiaux, voici des guerres plus… personnelles. Quand on n’a qu’un vaisseau, qu’une ville, que quelques soldats, chaque perte porte un nom.

Alain

Pourquoi tant de haine ? La flotte perdue : par-delà la frontière

Souvenez-vous, il n’y a pas si longtemps nous avions laissé Jack Geary et toute sa flotte au milieu d’un système solaire plus qu’hostile et hérissé de massives citadelles vomissant par milliers les têtes nucléaires…
Pourquoi tant de haine ?
Bon sang, il s’agit là d’un Premier Contact avec l’Extra-Terrestre, quelque chose d’unique, de révolutionnaire, d’excitant même. On pourrait, au moins, attendre de se disputer à mort avant de briser l’atome, non ?
À cet instant le lecteur attentif objectera que le Premier Contact a déjà eu lieu, plusieurs siècles auparavant, avec une race non seulement hostile mais si maladivement secrète qu’elle décida même de cacher cette hostilité durant cette durée (nonobstant quelques opérations de sabotage) !
On les nomme les Énigmes et, si vous voulez en savoir plus sur Elles, il vous faudra consulter le tome précédent (Intrépide – ne dites rien, je commence à regretter d’avoir suivi ce jeu du titre-en-un-seul-mot) dans lequel une audacieuse expédition, toute d’infiltration, jette une première lumière sur des êtres d’une paranoïa si accomplie qu’elle les a conduits à brouiller jusqu’à la lumière qui ose s’échapper de leurs Mondes.
Mais revenons à nos moutons, ou plutôt à nos Vaches, car ces nouveaux Extra-Terrestres ressemblent à un croisement de Vache et d’Ours et ils sont observables, enfin. Le texte vous convie donc à un exercice de Xéno-psychologie en temps de guerre. Objectif : comprendre l’agressivité de cette culture, comprendre l’animal social derrière l’être intelligent pour mieux anticiper ses réactions.
J’aime beaucoup car cela correspond au rapprochement régulier entre l’Homme et l’Animal, lentement la frontière entre les deux se brouille à mesure que l’unicité des compétences de l’Homme est remise en question.
Quelle mine pour l’auteur de SF. Je dis bien SF car en partant d’une série basant sa popularité sur les conflits militaires Jack Campbell est en train de nous faire de la science-fiction au sens le plus large. Sans retirer de tension dramatique, car à la fin il s’agit d’échapper aux ultra-massifs vaisseaux qui menacent la flotte de Black Jack d’une très classique manœuvre dite du « Marteau et l’Enclume ».
Alléchés ? Vous venez de relire les classiques de l’extra-terrestre que sont Anneau-Monde (Larry Niven), Le Moineau de Dieu de Mary Doria Russell ou La Poussière dans l’œil de Dieu toujours de Niven, alors n’hésitez pas à sauter dans ce nouveau train. Cette série vient en effet de faire un arrêt au roman précédent (Intrépide) pour laisser monter de nouveaux lecteurs (ceci expliquant les rappels un poil ennuyeux pour les fans de la série depuis le début, désolé).

Bon voyage.

Alain Kattnig
Co-directeur de la « Dentelle du Cygne »

P.S. Vous noterez que je n’ai rien dit à propos de l’araignée géante en couverture, mais ce n’était pas facile.

Les nouveautés du mois

Nous voici le tant attendu premier mardi du mois qui voit dévoilées nos publications de mars.

Mars… mois belliqueux s’il en est (tout du moins, placé sous le patronage d’un dieu romain pas très peace and love, si vous voyez ce que je veux dire, pas Jo-le-rigolo quoi…). Je sais, ma prose peut vous paraître absconse, mais elle me fournit une parfaite entrée en matière pour vous parler de SF militaire, puisque ce mois-ci La Flotte perdue revient ! Enfin, pas la flotte, la série de Jack Campbell, s’entend. Elle s’intitule La Flotte perdue, par-delà la frontière, et son premier livre : Intrépide.

Le capitaine John Geary, dit Black Jack, rescapé miraculeux d’un sommeil de survie de cent ans, a réussi l’impossible : il a ramené au bercail la flotte de l’Alliance piégée au cœur de l’espace ennemi des Mondes syndiqués, puis il a mis un terme à la guerre de cent ans qui opposait les deux puissances. C’est là que nous l’avons quitté à la fin de Victorieux, le dernier livre de « La flotte perdue ». Mais deux menaces restent en suspens : d’une part, l’implosion des Mondes syndiqués fait craindre le chaos dans l’espace colonisé par l’humanité ; d’autre part, au-delà des Mondes syndiqués se tapit une mystérieuse espèce extraterrestre qui est clandestinement intervenue dans la guerre pour conduire les hommes à s’entre-déchirer. Inquiet de la popularité du désormais amiral Geary, le gouvernement de l’Alliance lui confie la double mission de pacifier l’espace syndic et d’enquêter par-delà la frontière sur ces extraterrestres inconnus. Nouveaux dilemmes, nouveaux affrontements…

Et dès jeudi, téléchargez les premières pages du roman au format PDF, EPUB ou MOBI.

Restons un peu dans la SF (car pour le coup le mois de mars ne me sera d’aucun secours) ; c’est ce mois-ci que paraît le cinquième et dernier livre de la Fraternité du Panca de Pierre Bordage : Frère Elthor. Une clôture de la saga pour le moins magistrale !

Tandis que sur NeoTierra, où siège le Parlement universel, la menace d’une nuée destructrice est enfin prise au sérieux, Bent, devenu frère Elthor, doit gagner le Nuage de Majdan, une galaxie proche de la Voie lactée. Mais sur TarzHel, la planète principale du système d’Alpha du Tarz, les pilotes prêts à se risquer dans l’inconnu ne sont pas légion… Fort des âmnas de ses quatre frères et sœurs, Elthor permettra- t-il au Panca de l’emporter contre le néant prophétisé par le livre sacré de Sât ? Voici l’ultime combat du premier maillon d’une chaîne quinte.

Et dès jeudi, téléchargez le premier chapitre du roman au format PDF, EPUB ou MOBI.

Dernier de notre liste des publications, mais pas le moindre, le recueil de nouvelles de Claude Ecken, intitulé Au réveil il était midi.

Un étranger craignant une reconduite à la frontière, prêt à mourir en sautant de l’immeuble.

Un enfant qui rêve de cellule de soutien psychologique.

Un vieil homme qui voit d’un mauvais œil les jeunes du quartier répéter leur rap dans l’immeuble.

La longue errance d’une femme au fil des structures sociales censées l’aider.

Une note de l’observatoire de veille sanitaire établissant l’étiologie d’une nouvelle maladie chez les employés du service public, entre paranoïa et schizophrénie.

Un jeune homme considéré comme pré-délinquant avant sa naissance.

Autant de situations qui évoquent des faits divers récents et sont prétexte à des histoires qui les prolongent et les mettent en perspective, dénonçant une dérive progressive vers un avenir incertain.

Loin de décrire les paillettes et le clinquant des milieux influents, ces onze récits tendent au lecteur un miroir de notre société, où les ajustements imperceptibles la changent plus profondément que les grands bouleversements historiques.

Les personnages s’impriment dans notre mémoire, car des anecdotes murmurent et bruissent tout au long de ces pages. L’écriture et le sens du récit de Claude Ecken sont empreints d’un humanisme qui sont autant d’occasions de réfléchir que de raisons d’espérer.

Et dès jeudi, téléchargez quelques extraits de ces textes au format PDF, EPUB ou MOBI.

Voilà, c’est tout pour ce mois-ci. Vous trouverez tous ces excellents ouvrages chez vos libraires préférés à compter du 22 mars. En attendant de vous retrouver le mois prochain avec d’autres nouveautés, et quelles nouveautés ! (Si vous me permettez un instant d’intense partialité.)