Nombreux auteurs de L’Atalante à Toulouse ce week-end

Affiche scientilivre2015 webLes 17 et 18 octobre prochains se tiendra le Festival Scientilivre à Toulouse. Un événement qui tend à promouvoir « la science à travers les livres et les livres à travers la science ». À cette occasion sont invités de nombreux auteurs de science-fiction :instinct_troll_small

-Jean-Claude Dunyach est l’auteur de nombreux recueils de nouvelles dont le dernier en date, L’Instinct du Troll, est paru en mars de cette année.

mars5_small– Andreas Eschbach, auteur de plusieurs romans de science-fiction, dont quatre ont été couronnés de prix littéraires – dont le Grand Prix de l’Imaginaire pour Des milliards de tapis de cheveux, est une révélation dans l’univers européen de la science-fiction.

Aqua_couv_P

– Marianne Eschbach a fait paraître son premier roman, Mirandas Traum (Le rêve de Miranda), en Allemagne en 2006.

– Jean-Marc Ligny a reçu le Grand Prix de l’Imaginaire pour Inner City en 1997, le prix Rosny Aîné pour Jihad en 1999 et le Prix de la Tour Eiffel pour Les Oiseaux de lumière en 2001. Il a récemment achevé un triptyque climatique dont le premier volet, Aqua TM, a actuellement une option cinéma en cours.

– Juan Miguel Aguilera se définit lui-même comme un « explorateur de mondes ». Son œuvre comprend notamment Le Filet d’Indra, une épopée de space opera qui, comme ses autres récits de fantasy et science-fiction, explore la thématique du voyage et de l’altérité.

– Claude Ecken est spécialisé en science-fiction mais il a également exploré divers genres (fantastique, policier, historique, BD) et domaines (essayiste, critique littéraire, conférencier…). Parmi les prix à son actif, il a notamment obtenu le prix Masterton en 2013 pour Au réveil il était midi.

9782841726271_P200– Danielle Martinigol, pour ses deux enfants et ses élèves, s’est un jour lancée dans l’écriture de science-fiction sur le thème de l’écologie. Avec Cantoria en 2013, elle s’essaie pour la première fois à la science-fantasy. Danielle Martinigol détient plusieurs prix littéraires à son actif.

– Johan Heliot a publié à ce jour une centaine de nouvelles et une cinquantaine de romans chez de nombreux éditeurs tant pour adulte que pour la jeunesse. Ses dernières publications à L’Atalante sont Forban ! en 2013 et Flibustière ! en 2012.

gigante_small– Alain Grousset est, très tôt, passionné de BD et de science-fiction. Sa rencontre avec Danielle Martinigol le pousse à l’écriture. Il détient désormais trente-cinq livres à son catalogue dont Au nom du fils Gigante, paru en 2013. L’univers et les personnages de Gigante ont été conçus conjointement avec Pierre Bordage. Lisez aussi Gigante, Au nom du père de ce dernier.

Festival Scientilivre

Un lundi très numérique

Amis internautes et lecteurs numériques, bonjour !

Ne tournons pas autour du pot, parce que nous avons du pain sur la planche. Ce lundi s’annonce très chargé avec son lot de nouveautés et le lancement de la Décade de l’Imaginaire. Je vous propose donc de passer rapidement au programme.

  1. La Décade de l’Imaginaire, premier jour – En guise de préambule
  2. La Décade de l’Imaginaire, premier jour – Et si nous parlions lecture ?
  3. La Décade de l’Imaginaire, premier jour – Comme un ouragan…
  4. Nos nouveautés de la semaine
  5. Sans oublier la météo du monde…

La Décade de l’Imaginaire, premier jour – En guise de préambule

Voilà, c’est parti ! La première édition de La Décade de l’Imaginaire, consacrée cette année à l’imaginaire européen, est lancée. Pendant les dix prochains jours, je publierai un article quotidien pour vous parler des livres que nous vous proposons de découvrir ainsi que de la nouvelle du jour et de son auteur.

La Décade de l’Imaginaire, premier jour – Et si nous parlions de lecture ?

À tout Sir, tout honneur, ce premier article sera consacré à Terry Pratchett et ses Annales du Disque-monde.
Une question m’a été posée par un lecteur de Terry Pratchett sur mes choix de promotion lors de cette Décade de l’Imaginaire. Il trouvait que promouvoir les tomes 4, 8 et 12 d’une série tenait de l’étrange ou d’un amour immodéré pour les multiples de 4.
Néanmoins, ainsi que je le lui ai expliqué, la réalité était différente d’où l’idée d’en parler ici également. Pour vous qui découvrez le Disque-monde dans toute son ampleur, sachez qu’il y a maintes manières d’en aborder la lecture. Il est tout à fait possible, et c’est sans doute la démarche la plus intuitive, de commencer par le premier livre et de poursuivre la lecture en se fiant à l’ordre chronologique de publication. Il existe pourtant un autre moyen d’aborder cet univers riche et vaste : ses personnages.
À la lecture des premiers tomes, on s’aperçoit rapidement que chacun est consacré à un personnage ou un groupe de personnages en particulier. Ces personnages reviennent cycliquement dans les Annales du Disque-monde permettant à chacun de suivre l’évolution de ceux qui lui sont les plus chers. J’ai l’exemple d’un ami qui est réfractaire aux aventures de Rincevent, mais en lecteur persévérant il s’était attaqué à plusieurs reprises à La Huitième Couleur et échouait systématiquement à y trouver de l’intérêt. Alors qu’il allait décréter qu’il n’aimait pas les œuvres de Pratchett, je lui ai conseillé de se pencher sur un groupe de personnages assez haut en couleur : le Guet. Depuis, il a lu tous les romans donnant la part belle à Vimaire et ses acolytes.
C’est donc pour vous proposer de découvrir quelques personnages incontournables des Annales du Disque-monde que je vous ai concocté ma sélection.
Mortimer : l’histoire de Morty qui lors d’une foire d’embauche se retrouve embauché par la Mort en personne. La Mort considère qu’il (oui, La Mort du Disque-monde est du genre masculin, tenez-vous le pour dit) ne profite pas assez de la vie. Et l’assistance d’un apprenti dans ses tâches quotidiennes lui permettrait de s’octroyer quelques loisirs.
Au Guet ! : Intrigues et complots se trament dans les ruelles sombres d’Ankh-Morpork pour renverser son dirigeant, le Patricien Vétérini. Heureusement, celui-ci peut compter sur le guet municipal pour résoudre cette épineuse affaire. Le guet ? Une force d’élite composée du capitaine Vimaire, qui boit pour oublier les laideurs de la vie, le sergent Côlon, le caporal Chicque et Carotte, un jeune nain d’un mètre quatre-vingt tout frais arrivé à la Ville et nouvelle recrue du guet.
Mécomptes de fées : Les trois Parques shakespeariennes du Disque-monde : Mémé Ciredutemps, Nounou Ogg et Magrat Goussedail vont devoir quitter leur paisible pays montagnard pour empêcher les épousailles d’une servante et d’un prince, s’opposer au pouvoir grandissant et dévastateur de la bonne fée Lilith sans oublier d’envoyer des récits de leur voyage dépaysant à leur famille (enfin, cette dernière tâche ne concerne que Nounou Ogg, la seule à avoir une famille à qui écrire).
N’hésitez pas à fureter sur la page de notre blog consacrée à cet immense auteur britannique, vous y trouverez des extraits de ses romans.

La Décade de l’Imaginaire, premier jour – Comme un ouragan…

La vanne est facile, j’en conviens, pour lancer notre première nouvelle de la série de dix. Encore qu’il y soit bien question d’une tempête dans un monde au climat déréglé et d’une histoire d’amour.
Jean-Marc Ligny est l’auteur d’une quarantaine de romans dans les genres de la science-fiction et du fantastique dont un quart sont destinés à un public de jeunes lecteurs. Il explore avec la même aisance les étoiles lointaines, notre Terre dépouillée de ses ressources et dans la tourmente climatique dans un avenir proche ou encore le mal-être de l’adolescence.
Il a publié aux éditions L’Atalante : Aqua™, Exodes et Mal-morts, tous trois disponibles en édition tant papier que numérique.

Nos nouveautés de la semaine

Que cette profusion de titres à découvrir ne vous fasse pas oublier nos nouveautés numériques de la semaine, car il y a de belles lectures en perspective de ce côté également. Jugez donc pas vous-mêmes :

  • Voix, le deuxième livre de la trilogie fantasy d’Ursula Le Guin intitulée Chronique des rivages de l’Ouest.
  • La Vérité, ou comment la presse écrite fait une entrée fracassante dans le Disque-monde, par Sir Terry Pratchett.
  • Le Monde-aux-Jumeaux, le septième livre des Chroniques d’Arcturus par l’incomparable conteur, Gilles Servat.
  • Et on revient à la série principale de Honor Harrington avec le douzième roman intitulé En mission, par David Weber.

Avouez qu’il y a de quoi être tenté, non ?

Sans oublier la météo du monde…

Un lundi du numérique ne serait pas complet sans cette petite rubrique de fin de billet.
Et puisqu’on n’est jamais si bien servi que par soi-même, je peux vous dire qu’il ne fait pas beau à Nantes. Pas particulièrement chaud non plus, d’ailleurs. Mais je n’irai pas m’en plaindre. Au moins, je ne regrette pas d’être assis à mon bureau. Comment ça, j’avais promis la météo du monde ? Eh bien, Nantes, c’est aussi dans le monde, voilà !

À demain pour un nouvel article…

Concours : Exodes

Nos concours se suivent et ne se ressemblent pas. Aujourd’hui, c’est un titre à paraître que nous vous proposons de remporter ! Il s’agit du tout nouveau Jean-Marc Ligny : Exodes.

Après Aqua™, Jean-Marc Ligny revient avec un nouveau thriller écologique dont les enjeux ne sont rien de moins que la survie de notre espèce. Face à une fin annoncée, chacun se positionne, fait des choix radicaux dans un monde éloignée du notre… de seulement quelques années.

Pour en découvrir davantage, je vous propose de vous reporter au billet sur les nouveautés du mois de juin, où vous pourrez lire la quatrième de couverture.

Place donc au concours où cinq exemplaires d’Exodes sont mis en jeu.

Cinq questions, dont quatre à choix multiples et une ouverte (j’ai eu l’impression que la question ouverte vous a bien plu la dernière fois, alors j’ai décidé de remettre ça). Comme d’habitude, laissez vos réponses en commentaire de ce message. Et parce qu’un Jean-Marc Ligny, ça se mérite, seul ceux d’entre vous qui auront donné les quatre bonnes réponses au QCM pourront espérer remporter l’ouvrage et tant pis si vous n’êtes pas cinq. Le concours sera clôturé le 19 juin à midi et les résultats publiés le 20 juin, veille de la sortie du livre en librairie.

Faites chauffer vos neurones, voici les questions !

A – Lequel de ces prix n’a pas couronné Aqua™ ?

  1. Le prix Julia Verlanger ;
  2. Le prix Bob Morane ;
  3. Le prix Rosny Aîné ;
  4. Le prix Indiana Jones.

B – Que signifie le sigle GIEC ?

  1. Gastronomes indépendants experts en caviar ;
  2. Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat ;
  3. Gens intelligents et extrêmement compétents ;
  4. Gourou international ésotérique conventionné.

C – Quelle serait la hausse de température globale moyenne en 2100 dans un monde où l’ensemble des pays privilégieraient une croissance économique rapide ?

  1. 1,5 à 2,7 °C ;
  2. 3,0 à 5,8 °C ;
  3. 1,4 à 6,4 °C ;
  4. 2,0 à 5,4 °C.

D – L’empreinte écologie disponible par habitant de la planète et par an est d’environ 1,8 hag (hectares globaux) (ou 18 000 m²/hab/an). Quelle est l’empreinte moyenne d’un français par an ?

  1. 0,9 ;
  2. 2,5 ;
  3. 3,8 ;
  4. 5,6.

E – Et vous, quelle serait la destination de votre Exode ?

Et voilà, bonne chance à tous !

Les nouveautés du mois

Il est des rendez-vous qui ne se ratent pas. Ainsi, comme tous les premiers mardis du mois, vous voilà à lire ces lignes qui annoncent l’arrivée de nos nouveautés.

Juin est un mois très éclectique puisque nous vous proposons de la science-fiction française, de la fantasy anglo-saxonne ainsi qu’un texte très drôle et parfaitement inclassable de Marc Villard.

Commençons notre petit tour d’horizon avec Exodes de Jean-Marc Ligny. Après Aqua™, voici son nouveau thriller d’anticipation écologique.

Le réchauffement climatique s’est emballé au point que la Terre devient une planète hostile à la vie. Partout la civilisation s’effondre, les hommes n’en ont plus pour longtemps, et ils le savent.
Va-t-on, comme Pradeesh Gorayan et sa famille, dans l’enclave sous dôme de Davos, poursuivre notre train-train comme si de rien n’était ?
Va-t-on, comme Mercedes Sanchez, en Espagne, se réfugier dans la religion et attendre des Anges venus du ciel qu’ils nous emportent au jardin d’Éden ?
Va-t-on, comme Fernando, le fils de Mercedes, rejoindre les Boutefeux et précipiter notre destruction dans une orgie de feu et de violence ?
Va-t-on, comme l’Italienne Paula Rossi, vendre corps et âme pour quelques médicaments ?
Va-t-on, comme Mélanie Lemoine, consacrer nos ultimes forces à sauver les derniers animaux ?
Va-t-on, comme le marin Olaf Eriksson et sa femme, fuir les îles Lofoten et chercher une terre un peu plus hospitalière, vierge de toute présence humaine ?
C’est le temps des exodes, et, tels des termites sur une bûche enflammée, les derniers hommes courent en tous sens pour échapper à l’enfer…

Restez connectés car nous lancerons prochainement un concours dédié à ce roman pour vous en faire gagner cinq exemplaires.

Un nouvel auteur de fantasy débarque ce mois-ci dans notre catalogue, il s’agit de Douglas Hulick avec son roman Princes de la pègre. Alain vous en a parlé il y a peu dans un autre billet sur ce blog.

Dangereuse cité qu’Ildrecca, où il ne fait pas bon s’aventurer si l’on n’a pas l’œil vigilant et la main prompte à la riposte. Pour sa part, Drothe s’y sent à son aise. Il traque la rumeur pour le compte d’un parrain local tout en arrondissant ses fins de mois dans le trafic de reliques impériales. La pègre a de beaux jours devant elle… Du reste, les trois incarnations de l’empereur qui se succèdent sur le trône sont trop occupées à se chercher des noises pour en prendre ombrage, tant qu’aucun meneur n’émerge pour unifier la canaille. Jusqu’au jour où Drothe met la main sur un livre très convoité qui pourrait bien causer la chute de l’empire. Entraîné tambour battant dans une aventure qui le dépasse, il n’imagine pas les dangers qui l’attendent et les sacrifices auxquels il va devoir se résoudre, révélant au bout du compte une étonnante intégrité au service des siens : le peuple de la pègre.

Et pour terminer notre présentation mensuelle, penchons-nous sur Avoir les boules à Istanbul de Marc Villard. Le vitriol et l’humour imprègnent les textes de cet auteur à qui l’on doit entre autres : J’aurais voulu être un type bien, Bonjour, je suis ton nouvel ami, Un jour je serai latin lover…

Blainville est une bourgade située dans la Creuse, autrement dit nulle part. La résidence est l’ancienne bâtisse de Mathurin Bagieux, l’enfant du pays, poète à ses heures. Il a publié trois recueils à compte d’auteur avant de mourir d’une cirrhose du foie et a eu l’intelligence de céder sa maison à Antoinette Bourquin, adjointe au maire, en lui recommandant de transformer l’endroit en résidence pour écrivains. L’affaire tourne depuis dix ans et je fais partie d’un groupe de cinq auteurs pris en charge pour trois mois. Deux d’entre nous partent en avril pour une seconde résidence qui les accueille jusqu’à fin juillet. Après, ils demandent une bourse de création au Centre national des lettres qui devrait leur assurer six mois tranquilles. À la fin des six mois, Bourquin veut bien les récupérer.
Je ne suis pas venu ici pour survivre, contrairement à mes collègues. Je suis ici car mon ex, Cynthia, réclame une pension alimentaire et la moitié des lingots d’or que j’ai planqués dans la chambre 7 de la résidence. Va mourir. Salope.

Vous pourrez trouver toutes ces nouveautés, et bien plus, chez votre libraire préféré à partir du 21 juin.