Cœurs d’acier

Les Hommes iront dans l’Espace, pour de vrai, un jour

Mais il n’y a aucune raison qu’ils n’y apportent pas leurs petits travers, comme celui de se mettre régulièrement sur la figure. C’est pourquoi certains ont imaginé un futur de feu nucléaire, de lasers, masers et autres grasers.

 

 

 

 

L’Atalante abrite d’ailleurs un certain nombre d’entre eux, chacun avec sa propre voix.

Ainsi, si la géopolitique vous intéresse, n’hésitez pas à investir la série « Honor Harrington » de David Weber dans laquelle il recrée l’affrontement entre l’Angleterre et la France napoléonienne.
Si vous avez envie d’aller voir sous le capot le fonctionnement d’une communauté d’êtres humains engagés pour en tuer d’autres, alors allez voir du côté de Jack Campbell. De gigantesques vaisseaux y virevoltent, propulsés par du courage, de l’amitié, de la vengeance mais aussi du carriérisme ou de la trahison. Vous y vivrez les conséquences d’une guerre trop longue et d’une morale sacrifiée.

Si vous cherchez plus de légèreté, alors allez plutôt voir du côté de chez John Scalzi, sa prose humoristique vous charmera tout en vous embarquant malgré vous sur un terrain glissant : A-t-on le droit de buter les aliens, étant donné qu’ils ne sont pas humains ? Qui est-on quand on endosse un corps différent (vert) ?  Que nous doit la personne qui occupe le corps de son épouse décédée ? La survie de l’espèce du singe sans poil prime-t-elle tout autre droit ?

Enfin, si vous aimez la trouille, la lâcheté, euh… pardon, la furtivité et les combats désespérément inégaux, plongez-vous dans notre nouvel auteur cajun, Paul Honsinger. Celui-ci vous fera vivre le quotidien de quelques centaines d’hommes enfermés dans une boîte de métal noire à l’affût des rares photons trahissant la présence d’autres vaisseaux à l’affût…

Car ce vaisseau est un peu l’équivalent de nos anciens sous-marins, petit, fragile et surclassé. Mais qu’il parvienne à lâcher un de ses missiles par surprise dans le défaut de la cuirasse et KABOOOOMMMM !

Et qu’importe la taille de l’adversaire 😉

Une guerre de lâche, me direz-vous. Sans doute, mais c’est le prix de la survie, car, ne le répétez pas aux médias défaitistes, l’Humanité est en train de perdre cette guerre.

Un second tome vient de sortir dans lequel le capitaine Maxime Robichaux devra affronter toute une flotte krag … avec l’aide des meilleurs penseurs du conflit : toujours faire voir à l’ennemi ce qu’il a envie de croire.

 

Le second tome 😉

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alain Kattnig

 

P.S. Et pour les Bisounours parmi nous qui ne croient pas en la guerre, n’oubliez pas notre chef-d’œuvre pacifiste : L’Espace d’un an.

 

Comme des petits pains…

Vous l’avez sans doute remarqué, ici nous aimons bien parler de nos livres, trop souvent uniquement de ceux qui sortent (bientôt des séquences Atalante « historique ») car ils ont parfois bien besoin d’un petit coup de projecteur pour sortir de l’Anonymat.

L’Anonymat : le pire destin d’un livre et pourtant le plus probable tant il y a d’appelés. Et pourtant, parfois, certains livres, souvent des séries, échappent à ce destin.
Quoi qu’on fasse, ces livres se vendent, que dis-je, s’arrachent, c’est miraculeux (bon, j’exagère un peu). Inutile d’enfoncer le clou ?
Cependant je vais quand même vous parler d’un de ces livres et de son auteur, j’ai nommé :

Jack Campbell
Jack_Campbell

Pourquoi ? Eh bien, alors qu’il rencontre un succès considérable et qu’il pourrait se contenter de se répéter jusqu’à la fin de ses jours, Jack Campbell est un auteur qui se bonifie.
Sachez déjà que l’auteur n’en est pas à son coup d’essai ; il y a eu en effet la trilogie « Stark’s war » et « Paul Sinclair », sorte de JAG dans l’espace ainsi qu’un certain nombre de nouvelles.

couv_Stark_vocouv_PaulSinclair_VO

 

 

 

 

 

 
 
 
 

Il n’a cependant rencontré le succès qu’en changeant de nom (pour réinitialiser le logiciel de commandes des librairies en fonction des ventes passées…) et avec la série de la « Flotte Perdue » que vous connaissez.

Cependant, la construction même de cette série, s’appuyant sur un homme providentiel aux interactions limitées avec ses nombreux et lointains capitaines, permettait de douter de sa capacité à des interactions plus riches et denses.

J’utilise l’imparfait car je puis aujourd’hui vous rassurer : en changeant de point de vue, Jack Campbell est redescendu sur terre et a mis les doigts dans rien de moins qu’une Révolution menée sur une planète régie par les Syndic : Midway.
Multiples points de vue, des seconds rôles riches, dangereux même du fait de l’existence de leur propre agenda, et surtout l’histoire d’une collaboration obligée entre le commandant des forces terrestres et la commandante des forces spatiales.
Une collaboration presque impossible dans la culture d’espionnage, de méfiance et de trahison qui infuse l’Empire Syndic et qui est personnifiée par le Service de Sécurité Interne,  mélange de Gestapo, de KGB et de Stasi.

Pour autant, l’auteur n’est pas parti dans la voie de la « construction d’univers », vous aurez donc droit à votre part de confrontation armée y compris dans l’espace, car la plus grande menace envers Midway vient et viendra de l’Espace !

Ne négligez donc pas cette série dérivée, elle est bien plus importante qu’on pourrait le penser.

couv_jc_fr Alain Kattnig
Co-directeur de la « Dentelle du cygne »

Concours permanent (avril)

Salutations ami(e)s de la blogosphère,

Ce mardi 16 avril amorce le début des hostilités : je veux bien sûr parler du début du concours ! Avant de vous dévoiler cinq questions plus ardues les unes que les autres, un récapitulatif des règles s’impose.

Le concours se compose de cinq questions : les quatre premières sont librement inspirées par nos nouveautés du mois dont la couverture fera l’objet d’une bannière en en-tête de notre blog. La cinquième question portera sur l’ordre d’apparition de ces fameuses bannières.

Pour participer, il vous suffit de répondre à toutes les questions en commentaire à ce billet. Les cinq lauréats seront désignés par tirage au sort parmi ceux d’entre vous à nous donner toutes les bonnes réponses. Ils remporteront le livre de leur choix dans les nouveautés mises en jeu. (Vous préciserez l’ouvrage qui vous intéresse à la fin de votre commentaire.) Si le nombre de gagnants ainsi désigné est inférieur à cinq, les autres gagnants seront désignés par tirage au sort entre les participants totalisant un maximum de bonnes réponses.

Ce concours se terminera le vendredi 19 avril à midi (heure de… Nantes!)

Et si nous passions à ces fameuses et terrifiantes questions.

A- Dans Ciel profond de Patrick Lee, comment s’appelle l’agence pour qui travaillent Travis Chase, Paige Campbell et Bethany Stewart ?

  1. Pythagor
  2. Tangent
  3. Thalès

B- Avec qui s’est alliée Gwen Iceni, la commandante en chef des forces spatiales dans L’Honneur terni de Jack Campbell ?

  1. Drakkar
  2. Draconien
  3. Drakon

C- Les pièces de théâtre Las Piaffas et Fameux carnaval de Serge Valletti appartiennent à une série. Comment se nomme-t-elle ?

  1. Toutaristophane
  2. Totalaristophane
  3. Intégraristophane

D- Quel objet tient dans sa main Théo Fordjman sur la couverture du livre d’Anne Fakhouri, L’Horloge du temps perdu ?

  1. Un chalkboard
  2. Un skateboard
  3. Un snowboard

E – Quelle bannière verrez-vous apparaître le 21 avril, 1 mai, 11 mai ?

  1. Ciel profond
  2. L’Horloge du temps perdu
  3. L’Honneur terni

Vous savez tout… A non, il vous manque une chose : Quels livres pourrez-vous nous demander si vous gagnez ? Toutes nos nouveautés sont en jeu : Ciel profond de Patrick Lee, L’Honneur terni de Jack Campbell, Las Piaffas suivi de Fameux carnaval de Serge Valletti et enfin L’Horloge du temps perdu d’Anne Fakhouri.

Que la guerre commence et que la force soit avec vous ! Bonne chance à tous et à toutes.

Les nouveautés du mois

Bonjour à tous et à toutes,

Le premier mardi d’avril sonne l’annonce des nouveautés… Vous pourrez retrouver trois livres de science-fiction… et un joli intrus : du théâtre. Débutons par la SF : après L’Entité 0247 et Le Pays fantôme, Patrick Lee conclut magistralement sa trilogie consacrée à Travis Chase avec Ciel profond ; Jack Campbell démarre une nouvelle série, « Etoiles perdues », avec un premier tome intitulé L’Honneur terni ; quant à Anne Fakhouri, elle nous offre un roman de science-fiction pour la jeunesse rendant hommage à Retour vers le futur : L’Horloge du temps perdu. Enfin, le petit dernier : Serge Valletti continue Toutaristophane avec deux pièces : Las Piaffas et Fameux carnaval. D’ailleurs, entamons nos présentations par celui-ci…

Un petit rappel s’impose : dans la série « Toutaristophane », Serge Valletti réécrit les pièces de… Aristophane (logique). Entre des pièces d’un jeune prodige et celles, habilement revisitées, d’un maître du genre de l’Antiquité, si vous en profitiez pour (re)découvrir le théâtre ?

9782841726332_PAristophane, il y a vingt-cinq siècles, gravait pour la première fois les mots d’un théâtre comique et politique au bord de la Méditerranée. Serge Valletti, insatisfait des traductions à l’écoute desquelles il n’est plus possible de rire aujourd’hui, a entrepris dès 2007 de réécrire/réinterpréter les pièces d’Aristophane. Parce que lui est apparue une formidable adéquation de ces textes avec sa propre conception de la comédie : une comédie sociale et une comédie de la ville. Parce que, d’Athènes à Marseille, il n’y a qu’un pas.

Le projet « Toutaristophane », lancé en 2009, a donc deux objectifs : la littérature et le spectacle vivant. Il comprendra onze pièces puisque seulement onze pièces d’Aristophane nous sont parvenues sur la quarantaine écrites.

En voici le troisième volume.

 

Et si on vous donnait un petit avant-goût d’une nouvelle série orchestrée par Jack Campbell. Avec « Étoiles perdues », nous sommes dans un monde où règnent rébellions, sécessions, chaos et guerres civiles. Depuis la victoire de l’Alliance, l’empire des Mondes syndiqués s’effondre lentement…

9782841726325_PL’autorité des Mondes syndiqués s’effondre lentement depuis la victoire de l’Alliance. Partout éclatent sécessions et guerres civiles. Que deviendront ces « étoiles perdues » ?

Midway par exemple. À la tête de la rébellion, Gwen Iceni, la commandante en chef des forces spatiales, s’est alliée à Drakon, lui-même en charge des forces terrestres. Et tous deux n’ont d’expérience que celle de la dictature : défiance et trahison, intrigue et assassinat. Leur entreprise commune est-elle vouée à l’échec ? L’ombre de Black Jackplane sur le système, mais le gouvernement de Prime, la capitale syndic, dispose sûrement d’une flotte encore assez puissante pour rétablir sa loi. Et que se passerait-il si les intraitables Énigmas revenaient ?

Il faut apprendre. Apprendre la confiance, apprendre l’humanité. Mais il reste peu de temps et le chemin est difficile pour ces chevaliers à l’honneur terni.

L’auteur de « La flotte perdue », la série de s.-f. militaire à succès que prolonge « Par-delà la frontière »,ouvre un troisième champ de romans imbriqués, celui des « Étoiles perdues ».

 

Ceux qui ont aimé Retour vers le futur, vont adorer L’Horloge du temps perdu d’Anne Fakhouri. De bonds dans le passé en bonds vers le futur (à l’image de Marty McFly), véritable roman d’aventure, ce livre traite des relations père-fils, de l’amitié et de la résilience.

N’avez-vous jamais eu l9782841726349_Pa conviction que vous ne viviez pas la vie qui aurait dû être la vôtre? Qu’à un moment ou un autre il aurait suffi de changer quelque chose dans votre passé pour que tout devienne différent ? Réfléchissez bien. Ça a dû vous arriver.

Théo, fan d’aventures fantastiques, a obtenu d’accompagner son père, accessoiriste de cinéma, sur un tournage de film. Et l’invraisemblable a lieu : il est projeté dans les années 1980, l’été des quatorze ans de son père… Or, cet été-là, Alexandre, le père de Théo, a perdu les seules personnes qui comptaient à ses yeux, Pom et Arthur, ses deux meilleurs amis.

Théo comprend vite que, s’il veut avoir une chance de retourner dans le présent, il doit rectifier le cours de l’histoire.

Anne Fakhouri signe là un nouveau roman jeunesse après Le Clairvoyage et La Brume des jours, qui lui ont valu le Grand Prix de l’Imaginaire 2010.

 

Patrick Lee termine sa trilogie. Toujours avec le même sens du suspense et de la révélation surprise, Ciel profond nous fait voyager dans le temps et dans l’espace tout en dévoilant les aléas de la mémoire ce qui vaudra à nos personnages de s’attirer les foudres d’un « gouvernement » aussi puissant que sans scrupules.

9782841726318_PCette singularité qu’on nomme la « Brèche » est le secret le mieux gardé du monde. Il en est un autre pourtant encore plus farouchement dissimulé… et bien plus redoutable. L’aventure commence un jour où le président des Etats-Unis d’Amérique s’adresse à la nation de son Bureau ovale : un missile déchire le ciel et, dans un éclair, la Maison-Blanche disparaît avec son locataire. Deux mots seulement, deux mots codés – voir Scalaire –, c’est le seul indice qui mène aux assassins.

Revoici Travis Chase en campagne avec Paige Campbell et Bethany Stewart, tous trois de l’agence Tangent qui veille jalousement sur la Brèche et les « entités » qu’elle crache. Ils ont vingt-quatre heures pour mettre au jour un terrifiant secret enfoui depuis des décennies. La course est lancée. Elle aura pour cadre le pays, mais aussi les années et les aléas de la mémoire : ce sera un voyage dans le temps comme dans l’espace. Qui leur vaudra les foudres d’un « gouvernement » de l’ombre aussi puissant que sans scrupules. Car une destinée terrible attend Travis Chase et il faut à tout prix la lui interdire. Après L’Entité 0247 et Le Pays fantôme, Patrick Lee conclut magistralement la trilogie de la Brèche.

 

Vous connaissez désormais le programme. Toutes ces nouveautés sortiront le 19 avril chez vos libraires préférés. Pour patienter et vous évitez de trépigner d’impatience, venez participer à notre concours mensuel qui débutera le 16 avril prochain…

Pourquoi tant de haine ? La flotte perdue : par-delà la frontière

Souvenez-vous, il n’y a pas si longtemps nous avions laissé Jack Geary et toute sa flotte au milieu d’un système solaire plus qu’hostile et hérissé de massives citadelles vomissant par milliers les têtes nucléaires…
Pourquoi tant de haine ?
Bon sang, il s’agit là d’un Premier Contact avec l’Extra-Terrestre, quelque chose d’unique, de révolutionnaire, d’excitant même. On pourrait, au moins, attendre de se disputer à mort avant de briser l’atome, non ?
À cet instant le lecteur attentif objectera que le Premier Contact a déjà eu lieu, plusieurs siècles auparavant, avec une race non seulement hostile mais si maladivement secrète qu’elle décida même de cacher cette hostilité durant cette durée (nonobstant quelques opérations de sabotage) !
On les nomme les Énigmes et, si vous voulez en savoir plus sur Elles, il vous faudra consulter le tome précédent (Intrépide – ne dites rien, je commence à regretter d’avoir suivi ce jeu du titre-en-un-seul-mot) dans lequel une audacieuse expédition, toute d’infiltration, jette une première lumière sur des êtres d’une paranoïa si accomplie qu’elle les a conduits à brouiller jusqu’à la lumière qui ose s’échapper de leurs Mondes.
Mais revenons à nos moutons, ou plutôt à nos Vaches, car ces nouveaux Extra-Terrestres ressemblent à un croisement de Vache et d’Ours et ils sont observables, enfin. Le texte vous convie donc à un exercice de Xéno-psychologie en temps de guerre. Objectif : comprendre l’agressivité de cette culture, comprendre l’animal social derrière l’être intelligent pour mieux anticiper ses réactions.
J’aime beaucoup car cela correspond au rapprochement régulier entre l’Homme et l’Animal, lentement la frontière entre les deux se brouille à mesure que l’unicité des compétences de l’Homme est remise en question.
Quelle mine pour l’auteur de SF. Je dis bien SF car en partant d’une série basant sa popularité sur les conflits militaires Jack Campbell est en train de nous faire de la science-fiction au sens le plus large. Sans retirer de tension dramatique, car à la fin il s’agit d’échapper aux ultra-massifs vaisseaux qui menacent la flotte de Black Jack d’une très classique manœuvre dite du « Marteau et l’Enclume ».
Alléchés ? Vous venez de relire les classiques de l’extra-terrestre que sont Anneau-Monde (Larry Niven), Le Moineau de Dieu de Mary Doria Russell ou La Poussière dans l’œil de Dieu toujours de Niven, alors n’hésitez pas à sauter dans ce nouveau train. Cette série vient en effet de faire un arrêt au roman précédent (Intrépide) pour laisser monter de nouveaux lecteurs (ceci expliquant les rappels un poil ennuyeux pour les fans de la série depuis le début, désolé).

Bon voyage.

Alain Kattnig
Co-directeur de la « Dentelle du Cygne »

P.S. Vous noterez que je n’ai rien dit à propos de l’araignée géante en couverture, mais ce n’était pas facile.