L’éveil (éditorial du professeur Kattnig dans La Revue de Magicologie, n° 163, mai 1957)

Nous avons vu ici ce que pensait Darwin du futur de l’homme non-magique, soit l’extinction pure et simple. Mais que s’est-il donc passé pour qu’il énonce cette prédiction terrifiante en l’an de grâce 1879 ?

Remontons donc quelque peu le temps et consultons une vieille archive concernant ce nouvel état de l’homme moderne.

Nous connaissons aujourd’hui plus de mille cas confirmés d’individus dotés de ces « compétences magiques », rien que sur le continent. La Faculté s’est déchirée quant à la nomenclature qu’il convient d’appliquer à ces spécimens. Chacun brandit des expressions latines. Le docteur Gerard a même suggéré « grimnoir », un mélange de mots français « grimoire », ou livre de sortilèges, et « noir », ou mystérieux, car en l’état actuel de la recherche l’origine des pouvoirs magique reste inconnue. On s’est moqué de lui. Personnellement, j’ai choisi de les appeler sorciers, car l’idée qu’une magie véritable existe, hors des frontières de la science, fait s’étrangler mes estimés confrères.

L. Fulci, professeur de sciences naturelles à l’université de Berne, notes personnelles, 1852.

 

Première édition (très recherchée par les collectionneurs) du traité du Dr Correia

Pour vous faire une idée plus précise sur cette soi-disant « sorcellerie », je ne saurais d’ailleurs trop vous conseiller de jeter un œil à l’exposé – sans doute un peu trop romancé – du docteur Larry Correia concernant ces étranges cas dans son traité Magie Brute.

Vous y verrez que la notion de « sorciers » n’y apparaît certes pas comme la plus pertinente, étant donné que chacune des personnes touchées par cet état ne possède la maîtrise que d’un domaine limité de notre univers sans espoir de l’étendre.

Ainsi Jake Sullivan, l’un des principaux sujets étudiés dans cette monographie, est qualifié de « lourd » car il semble contrôler instinctivement la gravité dans son environnement proche. Quant à Sally Faye Vierra, la très jeune fille poursuivie par les sbires de l’Empire nippon, elle possède le pouvoir très rare mais finalement tout aussi limité de se téléporter.

Faudrait-il alors, en suivant Darwin, considérer qu’il existe autant de nouvelles espèces d’Homme que de manifestations différentes du Pouvoir ?

 

Mais consultons une nouvelle archive :

Je ne sais pas pourquoi Dieu tout-puissant a choisi de donner à l’homme, au cours de cette décennie, la magie des éléments et l’accélération de l’intelligence, des pouvoirs qui dépassent raison et compréhension, des sortilèges d’énergie et d’esprit, quand nous étions déjà prêts à nous détruire de nous-mêmes. Nous entrons dans une époque tumultueuse. Laissés à nous-mêmes, je crois que j’aurais pu maintenir le cap de cette nation, sauvegarder l’Union, mais aujourd’hui j’ai peur. Cinq ans seulement ont passé depuis que les magiciens ont fait leur apparition, comme au hasard, dans notre peuple, et j’ignore où nous mènera ce chemin.

Ah ! Pourquoi, Seigneur, as-tu jugé bon de donner à ce maudit Stonewall Jackson la force de dix hommes ?

Abraham Lincoln. Document découvert dans les archives de la Smithsonian Institution, date inconnue.

 

Hélas comme souvent, ce sera la Guerre, la Grande Guerre, la Dernière, qui saura employer ces nouveaux talents, dans le sang :

… diriger les nuages et appeler la foudre, lancer du feu ou de l’acier, annihiler la volonté des Allemands, faire tomber leurs zeppelins en plein vol ou se battre au corps à corps …

Général Theodore Roosevelt. Extrait d’un discours devant la brigade des Premiers volontaires (actifs), avant la bataille d’Amiens, 1918.

 

Toute guerre se termine, celle-ci ne fit pas exception, sauf que, faute de place, ce fut Berlin qui fut transformée en prison pour des millions d’hommes dorénavant incapables de mourir :

Gott in Himmel. Lassen Sie uns bitte sterben. (« Dieu du ciel, laissez-nous mourir. ») Graffiti trouvé dans la Cité Morte, 1925

 

—————————————-

Annexe :

Lourd. — Catégorie d’actifs très répandue. La plupart des lourds ne peuvent modifier l’intensité de la gravité que dans une zone très limitée. Les plus forts arrivent à en modifier l’intensité et la direction dans une zone plus étendue. Les lourds sont l’un des rares types d’actifs à partager les mêmes caractéristiques physiques : beaucoup sont grands et forts. Selon un stéréotype injuste, les lourds sont bêtes.

Voyageur. — L’un des seuls types d’actifs repérables à une caractéristique physique. Tous les voyageurs connus ont les yeux gris. C’est un des dons les plus rares ; non pas à la naissance, mais parce que très peu vivent assez longtemps pour apprendre à contrôler leur pouvoir. Les voyageurs sont capables de se déplacer instantanément d’un endroit à un autre. Plus forts ils sont, plus loin ils peuvent aller et plus lourde est la charge qu’ils peuvent emporter.

(Extraits tirés du lexique proposé en fin du traité Magie brute, dans sa traduction française par Marie Surgers)

Laisser un commentaire