Des rivières de sang couchées sur du papier : Vincent Chong & Liz Williams

presfutL’objet physique qu’est le livre, que vous tenez d’ailleurs de moins en moins souvent entre vos mains, peut subir de nombreux ratés, hélas. Bien sûr il y a les feuilles qui se décollent, mais l’amélioration des colles l’a rendu aujourd’hui exceptionnel. Nous avons aussi au menu les pages qui manquent ou qui sont répétées au détriment de celles que vous auriez voulu lire. Mais les défauts les plus apparents et donc les plus gênants sont souvent liés à la couverture. Lointain est le temps où des symboles dépouillés suffisaient, tenez, comme dans les vieux « Présences du Futur » à gauche.

Aujourd’hui les couleurs explosent dans tous les sens, les graphistes et les illustrateurs se défoncent… mais nous autres éditeurs de mots n’avons que peu la culture de l’image. Alors quand vient le moment de coucher ces beautés sur le papier, ou plutôt sur le carton parfois mat, viennent les désillusions… « Quoi ! Mais on ne voit rien dans ces noirs ! » est l’interjection la plus courante et une des raisons de l’abandon de nos anciennes couvertures. Alors quand l’impression est une totale réussite… réjouissances ! Car, on ne le sait pas assez, la peinture à base de sang souffre d’un faible contraste. Or le roman de Liz Williams, La Traite des âmes, étant fréquemment rendu en Enfer, il fallait bien se résoudre à employer généreusement le rouge. Car, voyez-vous, le sang est une délicatesse très appréciée des différents Démons, à l’image du vin, fonction de l’âge du « donneur » et de son état biologique. Vincent Chong, l’auteur des superbes illustrations de la série du Grimnoir de Larry Correia, nous a fait la faveur de nous proposer sa propre vision d’un Enfer chinois moderne… mais toujours couleur sang.

Mais laissons parler l’artiste.

N’hésitez pas à comparer avec la couverture imprimée. Et puis, une fois que vous aurez le livre… ouvrez-le, il en vaut la peine !

Et pour un petit coup d’œil indiscret sur le début du livre, visitez donc notre bibliothèque virtuelle !

Zai Jian

Alain Kattnig

Une réflexion au sujet de « Des rivières de sang couchées sur du papier : Vincent Chong & Liz Williams »

Laisser un commentaire