Carte blanche à Lalex

nouvelle couverture

Aujourd’hui, nous inaugurons notre toute nouvelle rubrique Carte blanche. Lalex du blog Feuilles de velours nous présente sa rencontre avec Le Mystère Olphite de Carina Rozenfeld  :

J’aime lire. Et j’aime les librairies. Celle de L’Atalante est un lieu que j’apprécie depuis de nombreuses années, plus d’une dizaine sans aucun doute… Ce jour-là, comme souvent, j’y allais sans forcément avoir d’idée préconçue sur ce que j’allais acheter, au moins pour le plaisir d’être au milieu des livres. J’avais participé il y a quelques années à une soirée spéciale pour la sortie d’un des Harry Potter, en version déguisée s’il vous plaît, aussi le libraire savait déjà que je piochais également allègrement dans les livres pour la jeunesse. C’est vrai qu’après en avoir illustré moi-même, je garde une sympathie affectueuse pour ces récits agréables et plein d’inventivité. Aussi m’a-t-il parlé d’un petit nouveau, tout juste sorti de chez l’imprimeur, et dans la collection jeunesse Le Maedre : Le mystère Olphite. Je ne connaissais pas du tout son auteur, Carina Rozenfeld, et la couverture (qui a changé depuis) n’avait pas vraiment attiré mon regard. Mais à la lecture de la quatrième de couv, j’ai senti là quelque chose qui me plaisait, qui m’intriguait, qui me parlait. Confiante, je me suis laissé convaincre avec plaisir. Rentrée chez moi, je l’ai dévoré.

En fait, encore aujourd’hui, je me souviens parfaitement du début du livre, de son atmosphère particulière, de la neige… Ce n’est pas souvent que je reste marquée ainsi par un texte, des années après. Je me souviens aussi distinctement de l’épopée dans le désert, dont s’inspire la couverture actuelle de Benjamin Carré. Et surtout, j’ai aimé l’histoire en elle-même, qui m’a parlé, qui m’a touchée, qui m’a séduite. Ainsi que l’écriture de son auteur, à juste titre puisque je me souviens quatre ans après de son histoire alors que j’en ai lu bien d’autres depuis. C’était une chouette découverte, et le plaisir de la lire a continué plus récemment avec les deux premiers tomes des « Portes de Doregon ». Mieux, ce premier livre d’elle m’aura aussi permis de faire sa rencontre de visu aux Utopiales : j’ai découvert quelqu’un d’adorable et de lumineux, avec qui je suis toujours en contact aujourd’hui.

Vraiment, ce livre (qui est sans doute resté plus discret qu’il ne le mérite) m’aura marquée. Merci à L’Atalante pour cette belle rencontre : avec un livre, avec une plume, avec un auteur.

Lalex

—————-

Le Mystère Olphite, paru à L’Atalante en 2008. // Le blog de Lalex

5 réflexions au sujet de « Carte blanche à Lalex »

  1. C’est une drôle de coïncidence : j’ai justement pris par hasard ce livre la semaine dernière à la médiathèque ! Je l’avais pris sans savoir si je le lirai vraiment mais là, je crois qu’il va y passer ! 😉

  2. Ping : Carte blanche à Tom | Blog des Éditions L'Atalante

Laisser un commentaire