Le mot de Mireille sur Tigane

J’avais l’habitude de dire que le plus grand livre de Guy Gavriel Kay pour chacun est celui qu’on a lu en premier. Pour moi, Tigane. Cela dit, j’ai pris une claque telle en relisant Les lions d’Al-Rassan début 2017 que je ne dirai plus rien de la sorte.
Dans tous les romans de Kay, on assiste au moment d’apothéose d’une civilisation et à son effondrement par un jeu de circonstances et de dominos. Les personnages y sont confrontés à des choix qui déterminent non seulement leur destinée mais celle d’un peuple, avec pour figures emblématiques : l’homme poète, diplomate et soldat, et la femme émancipée.
Il en résulte des textes d’une force émotionnelle folle, appuyée par un principe narratif du faux-semblant dans lequel Kay excelle – on doute si souvent de ce qu’on lit… – et qui plonge le lecteur dans la même confusion et passion que les personnages pour lesquels on craint une échéance fatale.
Dans Tigane, sur la plus haute marche, je place Dianora, infiniment amoureuse et intrigante.

Pourquoi de nouvelles éditions ?
L’œuvre de Kay en France a été disséminée à la fin des années 1990 et début 2000 chez plusieurs éditeurs (L’Atalante, Buchet-Chastel, J’ai Lu), puis les droits d’exploitation n’ont pas été renouvelés. Le fait de publier Les Chevaux célestes et Le Fleuve céleste nous a remis en contact avec les agents de l’auteur, et on nous a accordé pour notre plus grand bonheur – et quelque menue monnaie – de re-publier Les Lions d’Al-Rassan, Tigane, La Chanson d’Arbonne et les deux volumes de La Mosaïque de Sarance (que nous ferons retraduire par Mikael Cabon, bien sûr).

L’histoire d’un titre
Le titre de la version originale, parue en 1990 en langue anglaise, est Tigana. Pourquoi ne pas l’avoir gardé ? Eh bien, figurez-vous qu’en 1998, Jean Tigana – brillant joueur de football des années 80, devenu entraîneur de renom – était si célèbre que cela nous a paru aussi impossible que d’appeler aujourd’hui un livre Ronaldo ou Zidane, à moins de vouloir attirer les amateurs de foot…

La Province-Dont-On-Ne-Peut-Pas-Entendre-Le-Nom
Dans une Italie de la Renaissance alternative (deux lunes gravitent autour du monde et la sorcellerie est active), la Palme, péninsule divisée en plusieurs provinces, ne résiste pas aux deux puissances venues l’envahir, tant par les armes que par l’usage de la sorcellerie.
À l’ouest de la Palme a surgi Brandin d’Ygrath et à l’est Alberico de Barbadior. Seule une province offre une réelle défense : la Tigane. Au point que le prince Valentin, lors de la mémorable bataille de Deisa qui fait l’ouverture du récit, tue le fils de Brandin d’Ygrath. Toutefois ce dernier, finalement, l’emporte, Valentin de Tigane est fait prisonnier, ses deux fils tués, et Brandin, fou de rage et sorcier de son état, soumet la Tigane à une terrible malédiction : elle s’appellera désormais la Basse-Corte, son nom ne sera plus jamais reconnu de ceux qui n’y sont pas nés avant cet affrontement, le sorcier l’effaçant de toutes les mémoires et éradiquant ce qui faisait sa culture.
Dans les neuf provinces de la Palme, un réseau s’est tissé, d’anciens habitants de la Tigane et de partisans du refus de l’occupation. Les principaux vecteurs d’informations et du développement de cette cause sont les marchands, les artisans et les troubadours.
Les architectes de la résistance sont le prince Alessan de Tigane, fabuleux flûtiste, et son ami Baerd, fils de sculpteur et luthiste – trop jeunes pour aller au combat à l’époque de la bataille de Deisa, ils ont été emmenés dans un pays au sud de la Palme pour échapper à la répression. Leur projet : ne pas se venger de Brandin d’Ygrath seul mais éliminer les deux tyrans au même moment pour permettre à la péninsule entière de recouvrer sa liberté et la mémoire du nom de Tigane.
S’ensuit l’élaboration d’un plan fabuleux qui mêle alliances improbables, complots, trahisons, actions de guérilla et amours fous. Alessan lui-même n’a pas toutes les cartes en main, et les forces adverses dépassent l’entendement, en particulier la situation insensée de la sœur de Baerd, Dianora, devenue incognito la maîtresse de Brandin pour l’assassiner et qui en est tombé éperdument amoureuse…

Le thème du pays occupé – du sentiment d’injustice qu’il engendre et de la vengeance qui en découle – se double de celui de l’annihilation d’une culture. Son traitement, à l’image de celui de l’esclavage chez Ursula Le Guin, peut se lire comme une lutte contre toute forme de domination et le déroulement d’une lutte de libération.

Un peu de littérature comparée
Kay est à la fantasy historique ce que Pratchett est à la fantasy burlesque. Quand Pratchett écrit le premier volume de ce qui deviendra Le Disque-monde, son projet est de prendre le contre-pied de la « mauvaise » fantasy publiée au début des années 80 à coups de seigneurs noirs et autre décorum du genre (cf. in Lapsus clavis, “Un scribouillard importun”) ; de même, G. G. Kay met sa plume et sa soif de culture au service d’une forme qu’il veut sortir de l’« ornière ». Le Disque-monde se nourrit de culture populaire (folklore, sciences et techniques qui changent le quotidien) et dresse au fur et à mesure une vie de la Cité ; dans les livres de Kay, la « grande » Histoire est convoquée, les arts sont à leur sommet, les individus se dépassent, les émotions et les sacrifices sont grandioses.

Pourquoi falsifier l’histoire ?
C’est le propre du roman, la falsification du réel – la mise en scène de la comédie humaine. Se nourrir de l’histoire mais s’affranchir de son scénario permet un meilleur roman. La fantasy épique est fille de l’épopée. Reproche-t-on à l’épopée de n’être pas exacte ?

Un remède à toutes les morosités : l’hiver au coin du feu ou sous la couette
J’ai l’habitude de souhaiter à tout lecteur de vivre le bonheur et l’intensité d’une lecture d’un livre de Guy Gavriel Kay, et cette habitude-là, je n’y renonce pas. Alors, commencez, comme moi il y a presque 20 ans, par Tigane. Ensuite vous n’aurez que l’embarras du choix : Les Chevaux célestes, Le Fleuve céleste, Les Lions d’Al-Rassan. Délectez-vous, et soyez sans crainte, Children of earth and sky, le dernier roman de Guy Gavriel Kay, est en cours de traduction et sera chez les libraires à la fin de l’été…

Des poches à L’Atalante

Bonjour chers lecteurs,

C’est un grand moment pour nous ce mois-ci, nous lançons notre collection poche ! Voilà bientôt 30 ans que notre collection s’étoffe, et nombre des livres que nous avons publiés ne sont disponibles qu’en grand format. Certains libraires s’étant montrés encourageants, voire insistants (merci!), L’Atalante Poche voit donc le jour et arrive dans les rayons le 25 mai prochain !

Nous y songions depuis le début des années 2000, sans trouver la légitimité ni la fenêtre de tir, convaincus que publier du grand format et faire du poche, c’était deux métiers différents. Face à l’évolution du marché, nous avons compris que nous devions accompagner notre catalogue vers de nouveaux lecteurs et les mettre à portée de tous les budgets. Mais proposer des livres au format et à un prix « poche » ne nous fait pas tourner la tête. Dans cette nouvelle aventure, pas de changement d’esprit : de l’excitation éditoriale à l’idée d’offrir des heures de lecture merveilleuse.

Les premiers titres à paraître :
– Honor Harrington 1, Mission Basilic de David Weber ;
– Honor Harrington 2, Pour l’honneur de la reine de David Weber ;
Le chant du cosmos de Roland C. Wagner ;
Cygnis de Vincent Gessler ;
Le clairvoyage d’Anne Fakhouri ;
Alexandre le Grand et les aigles de Rome de Javier Negrete.

APPEL À LA MOBILISATION DES ACTEURS DE L’IMAGINAIRE

Le 24 mars dernier, lors du salon Livre Paris 2017, un appel était lancé au nom de toutes les littératures de l’Imaginaire : science-fiction, fantasy et fantastique.
Auteurs, éditeurs, traducteurs, libraires, lecteurs… tous sont invités à signer la pétition.

Souvent écartés et méprisés par le monde du livre et les médias, aujourd’hui les acteurs du livre sont appelés à se mobiliser pour donner aux littératures de l’Imaginaire la place qui leur revient de droit. Pour cela, huit éditeurs indépendants sont à l’initiative d’un mouvement fédérateur qui se rassemblera lors des Utopiales à Nantes en novembre prochain pour des états généraux.

Comment sortir de l’impasse ?

Notre collection L’Atalante/essais sort ce mois-ci un nouveau titre :

Santé, le trésor menacé

Le livre d’Antoine Vial, Santé un trésor menacé des éditions L’Atalante sort aujourd’hui en librairie. Le livre est un constat cruel mais réaliste sur notre système de santé. L’actualité, malheureusement, illustre presque quotidiennement les propos du livre. Il aborde toutes les questions qui font la Une en ce moment et appellent des propositions de la part des candidats l’élection présidentielle. Pour sortir de l’impasse, le livre d’Antoine Vial propose des solutions.

Voici les nombreux thèmes abordés par la presse ces deux dernières semaines et dont les causes et les perspectives sont analysées par Antoine Vial dans son livre:

Les urgences et leur encombrement récurrent : L’épidémie de grippe qui s’est déclarée au mois de décembre a mis les services d’urgences sous tension

  • Les raisons de cette récurrence et les pistes pour en sortir
  • Faire appel à l’intelligence des citoyens plutôt que mettre en œuvre des mesures couteuses et inefficaces
  • L’absence d’une première ligne de médecins de 1er recours

La mort dans les EHPAD : 13 résidents d’une maison de retraite sont morts de la grippe entre le 23 décembre et le 7 janvier

  • Le non-respect des volontés de nos anciens de se maintenir et de mourir à domicile et l’impact économique absurde de cette solution contre nature
  • La France face aux défis du vieillissement. Ce n’est pas un problème strictement économique mais aussi éthique, social, technologique, …

Grippe (« Autopsie d’une épidémie », titre de l’article du Monde du 25/01/2017) : La France affiche un taux de vaccination de moins d’1 personne sur 2 et entretient un rapport de méfiance vis-à-vis de la vaccination

  • La confiance brisée dans la relation de soins en général et que l’on retrouve dans le refus de la vaccination, professionnels de santé compris
  • Comment rétablir cette confiance ? La participation des citoyens au cœur d’une réforme en profondeur

Extension du numerus clausus : l’augmentation du numerus clausus décidée par les pouvoirs publics qualifiée de mesure hasardeuse (Le Monde 24/01/2017)

  • Un leurre contre la désertification
  • Réorganiser notre médecine autour d’une première ligne de médecins généralistes

Formation médicale indépendante des laboratoires : les nombreux scandales sanitaires (Médiator, Dépakine…) 

  • La formation médicale continue (FMC) est déjà aux mains de l’industrie, la formation initiale est faite en noms commerciaux plutôt qu’en noms scientifiques des médicaments (DCI)
  • L’impact mesuré du défaut de formation des prescripteurs et de l’influence des labos en la matière : Dépakine, Médiator, pilules 2 et 3èmegénérations, …

Prix des médicaments : le 25 janvier, le Cese (Conseil Economique Social et Environnemental) réclamait la mise en place d’un nouveau système de régulation permettant une fixation plus juste des tarifs des nouveaux traitements (Article dans Le Point du 25/01/2017)

  • Ils sont calculés non sur leur coût de conception et de fabrication mais à partir de la solvabilité des populations : mortel pour les patients, pour  les systèmes d’assurance maladie mais autant pour les labos à moyen terme

–   Introduire une totale transparence dans la fixation des prix et y associer les représentants des patients et de la société civile

La mortalité routière est en hausse depuis 3 années consécutives en France: +8,5% de décembre 2015 à décembre 2016

  • Pourquoi des chiffres en stagnation ?
  • Vitesse contre alcool, rentabilité ou efficacité ?

L’originalité de ce livre est bien de fournir une image reconstituée du kaléidoscope de la santé en France. Il évoque des sujets connus et d’autres plus confidentiels. Mais son intérêt est, d’une part, de faire le tour de l’ensemble des aspects, d’autre part de relier des informations éparses. Il met en relation les différents éléments et explique les relations de cause à effets. Il présente des modalités participatives originales pour l’organisation de notre système de santé.

Antoine Vial sera présent aux Journées Nationales de l’Innovation Santé le 27, 28 et 29 janvier à la Cité des Sciences et de l’Industrie.

vial_sante.indd

ISBN13 : 9782841727933
Version : livre papier
Éditeur : L’Atalante
Format : 13 x 18 cm
Nombre de pages : 224
Prix : 15,00 €

 

Manuscrits

indexNous avons pris la décision, à partir du 1er février, d’interrompre la réception de manuscrits pendant quelques mois et nous réfléchissons à une nouvelle méthode pour les traiter. Tous les manuscrits déjà reçus avant cette date seront lus.

Cependant, n’hésitez pas à préparer vos textes, à les peaufiner, car nous vous signalerons comment les envoyer, et surtout quand. Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux, des informations arriveront d’ici l’été.


Stay tuned !