#4 Les Utopiales 2016 : Planning

utos_auteurs

Pierre Bordage, Jeanne-A. Debats, Sylvie Denis, Claude Ecken, Laurent Genefort, Lev Grossman, Johan Heliot, Nathalie Le Gendre, Danielle Martinigol, Olivier Paquet, François Rouiller et Laurence Suhner : quel est le point commun entre ces auteurs ? Ils seront tous présents aux Utopiales cette année. Alors, pour vous faciliter la vie, voici un petit récapitulatif de leur planning.

Pierre Bordage

bordage2007
Samedi 29 octobre
– 14h Espace Shayol : Le vaisseau spatial comme personnage
– 15h La Grande Librairie : Dédicaces

Dimanche 30 octobre
– 14h Agora de M. Spock : Machines et spiritualités
– 15h La Grande Librairie : Dédicaces
– 16h Espace Shayol : La machine mythologique
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces
– 18h Espace Shayol : Hommage à Yal

Lundi 31 octobre
– 10h Espace Shayol : L’empathie avec la machine
– 11h La Grande Librairie : Dédicaces
– 15h Scène Hetzel : Positivisme et science-fiction
– 16h La Grande Librairie : Dédicaces

Jeanne-A Debats

jeanne
Samedi 29 octobre
– 13h La Grande Librairie : Dédicaces
– 16h Scène Hetzel : Sex machine
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces

Dimanche 30 octobre
– 13h La Grande Librairie : Dédicaces
– 17h Scène Hetzel : Doris Lessing, libre écrivain

Lundi 31 octobre
– 12h La Grande Librairie : Dédicaces

Mardi 1er novembre
– 13h Scène Hetzel : Les 50 ans de Star Trek
– 14h La Grande Librairie : Dédicaces

Mercredi 2 novembre
– 11h30 Espace Shayol : Apprendre avec les robots
– 12h30 La Grande Librairie : Dédicaces

Sylvie Denis
denis_s
Samedi 29 octobre
– 15h Espace Shayol : Les machines traduiront-elles le futur ?
– 16h La Grande Librairie : Dédicaces

Dimanche 30 octobre
– 12h La Grande Librairie : Dédicaces
– 17h Espace Shayol : Les machines sont-elles nos esclaves ou … ?
– 18h Scène Hetzel : Technologies vs effondrement, 2 récits

Lundi 31 octobre
– 16h Scène Hetzel : Utopie et machines
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces

Mardi 1er novembre
– 13h Agora de M. Spock : L’auteur et son ombre
– 14h La Grande Librairie : Dédicaces

Claude Ecken
ecken2
Samedi 29 octobre
– 16h Scène Hetzel : Sex Machine
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces

Lundi 31 octobre
– 13h La Grande Librairie : Dédicaces
– 16h Scène Hetzel : Utopie et machines
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces

Mardi 1er novembre
– 13h La Grande Librairie : Dédicaces
– 15h Espace Shayol : La machine peut-elle faire de la littérature ?
– 16h Scène Hetzel : Au-delà de la première loi
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces

Mercredi 2 novembre
– 13h30 Espace Shayol : La maison machine
– 14h30 La Grande Librairie : Dédicaces
– 15h30 Scène Hetzel : Le flic robot : de Robocop à la réalité

Laurent Genefort
genefort2
Samedi 29 octobre
– 14h Espace Shayol : Le vaisseau spatial comme personnage
– 15h La Grande Librairie : Dédicaces
– 16h Espace Shayol : Figures de l’inventeur dans l’imaginaire contemporain
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces

Dimanche 30 octobre
– 14h Scène Hetzel : La machine est un explorateur solitaire
– 15h La Grande Librairie : Dédicaces
– 18h Agora de M. Spock : Jeux vidéo : machines et nouvelles formes de narration ?

Lundi 31 octobre
– 16h La Grande Librairie : Dédicaces
– 18h Espace Shayol : La machine à évoluer

Mardi 1er novembre
– 10h Scène Hetzel : Space opera, une nouvelle collection chez Scrineo
– 11h La Grande Librairie : Dédicaces

Lev Grossman
grossman2
Dimanche 30 octobre
– 14h Espace Shayol : Les machines nécrophoniques
– 15h La Grande Librairie : Dédicaces
– 16h Espace Shayol : La machine mythologique
– 17h Espace Shayol : Les machines sont-elles nos esclaves ou…?
– 18h La Grande Librairie : Dédicaces

Lundi 31 octobre
– 14h Espace Shayol : L’auteur et son ombre
– 15h La Grande Librairie : Dédicaces

Mardi 1er novembre
– 10h Espace Shayol : Rencontre avec Lev Grossman
– 11h La Grande Librairie : Dédicaces
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces

Johan Heliot
heliot
Dimanche 30 octobre
– 16h La Grande Librairie : Dédicaces

Lundi 31 octobre
– 17h Scène Hetzel : Le steampunk, une esthétique de la machine ?

Nathalie Le Gendre

nathlg2
Samedi 29 octobre
– 14h La Grande Librairie : Dédicaces

Dimanche 30 octobre
– 16h La Grande Librairie : Dédicaces

Danielle Martinigol
danielle-martinigol2
Samedi 29 octobre
– 12h Scène Hetzel : La machine est-elle l’avenir de la femme ?
– 14h La Grande Librairie : Dédicaces

Dimanche 30 octobre
– 13h La Grande Librairie : Dédicaces

Lundi 31 octobre
– 15h La Grande Librairie : Dédicaces

Mardi 1er novembre
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces

Mercredi 2 novembre
– 11h30 Espace Shayol : Apprendre avec les robots

Olivier Paquet
paquet-copie2
Lundi 31 octobre
– 13h La Grande Librairie : Dédicaces
– 18h Scène Hetzel : La justice numérique

Mardi 1er novembre
– 12h La Grande Librairie : Dédicaces
– 15h Scène Shayol : La machine peut-elle faire de la littérature ?
– 16h Agora de M. Spock : Eco-technologie
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces

Mercredi 2 novembre
– 12h30 Espace Shayol : La machine qui lit
– 13h30 La Grande Librairie : Dédicaces
– 15h Agora de M. Spock : Pokémon Go

François Rouiller
fr-utos-2014-photo-e-grandvillain2
Samedi 29 octobre
– 15h Espace Shayol : Le voyage fantastique
– 16h Agora de M. Spock : Rencontre avec François Rouiller
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces

Dimanche 30 octobre
– 16h Scène Hetzel : Le gène égoïste
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces

Lundi 31 octobre
– 14h Scène Hetzel : Machines dans le vivant, et vivant dans la machine
– 15h La Grande Librairie : Dédicaces

Mardi 1er novembre
– 11h La Grande Librairie : Dédicaces

Mercredi 2 novembre
– 14h30 La Grande Librairie : Dédicaces

Laurence Suhner
suhnercoul2
Samedi 29 octobre
– 12h Scène Hetzel : La machine est-elle l’avenir de la femme ?
– 13h La Grande Librairie : Dédicaces
– 14h Espace Shayol : Le vaisseau spatial comme personnage
– 15h La Grande Librairie : Dédicaces

Dimanche 30 octobre
– 10h Scène Hetzel : Vol spatial et science-fiction
– 11h La Grande Librairie : Dédicaces

Lundi 31 octobre
– 16h Espace Shayol : Le héros handicapé en science-fiction
– 17h La Grande Librairie : Dédicaces
– 18h Scène Hetzel : La justice numérique

Mardi 1er novembre
– 11h La Grande Librairie : Dédicaces

#3 Les Utopiales 2016 : La librairie

Le samedi 29 octobre, le festival Utopiales ouvrira ses portes au public.

Et comment parler de ce festival sans mentionner sa librairie ? Proportionnel à l’événement, qui rassemble chaque année plus de 60 000 visiteurs, rappelons-le, cet espace entièrement dédié à la littérature de l’imaginaire étale sous vos yeux ébahis près de 20 000 références.

librairie2 Crédit photo : marie.m / Forum ActuSF

Des auteurs classiques – à lire ou à relire –  aux nouveautés tout droit sorties des presses de l’imprimeur, la librairie des Utopiales fait office de caverne d’Ali Baba et vous ne manquerez pas d’y trouver votre bonheur.

librairie5Crédit photo : marie.m / Forum ActuSF

Car si le roman y occupe une place de choix, il fait également la part belle aux essais, à la bande dessinée et à la jeunesse. Poches, beaux-livres, grands formats et albums présentés par thèmes et par éditeurs sauront ravir les lecteurs de tous âges.

librairie6Crédit photo : marie.m / Forum ActuSF

Vous aurez également l’occasion de rencontrer les auteurs invités lors de séances de dédicaces organisées régulièrement tout au long du festival, et vous pourrez consulter le programme des dédicaces sur le site des Utopiales.

Mais gare aux files d’attente, notamment en bande dessinée, pour lesquelles nous vous conseillons vivement de vous renseigner auprès des libraires sur place. Car il arrive parfois qu’un système de réservation ou de distribution de tickets soit organisé afin que la rencontre se déroule dans les meilleures conditions possibles.

La grande librairie des Utopiales est l’aboutissement du travail des Librairies complices, une association de libraires nantais indépendants qui, chaque année, mettent en commun leurs efforts – et leurs fonds – pour vous offrir le meilleur de l’Imaginaire.

 

​L’espace d’un An : « Famille signifie que personne ne doit être abandonné, ni oublié », Becky Chambers avec l’aide de Lilo&Stitch

La SF moderne, post age d’or n’est guère optimiste, je vous en avais parlé déjà, radoté ? Peut-être bien 😉
En témoigne aujourd’hui l’incroyable mode de la dystopie qui déferle sur la littérature jeunesse et le cinéma.
Qu’il est loin le temps de 2001 l’odyssée de l’espace  ! Aujourd’hui un film comme Interstellar se place dans un contexte de fin du monde écologique ;-( et n’oublions pas Matrix où l’humanité a déjà perdu !


Ne résistent guère que les SF alimentées au canon à plasma et aux missiles à anti-matière, mais c’est une autre histoire.
Aujourd’hui nous parlerons plutôt des exceptions, des livres et des auteurs qui résistent à la morosité, avec bien sûr un regard particulier sur nos propres auteurs. Nous ne pouvons pas tout lire non plus.

Bien entendu l’archétype de ce type de livre est le très Age d’Or Grand Central Arena, mais ce n’est pas sport, il a été créé explicitement en ce sens ! Et puis cela fait longtemps qu’on  vous en parle !
D’ailleurs merci de la réception que vous lui avez faite, car la suite est dans les tuyaux !

Depuis vous avez eu droit à une petite pépite inclassable, le très oriental Inspecteur Zhen et la traite des âmes qui explore lui aussi le futur de façon non-caricaturale.
Oui, non-caricatural est bien le terme que je recherchais. D’ailleurs, est-ce un hasard que Zhen vive dans une société asiatique ? Peu probable, notre avenir est asiatique, Barack Obama n’y a-t-il pas orienté toute sa politique étrangère ?
Et cette SF optimiste que j’appelle de mes vœux vient maintenant de Chine, nos amis chinois, issus d’une société plus optimiste que la nôtre, ont même remporté le Hugo 2015 avec un roman récemment sorti : « Le problème à trois corps » de Cixin Liu.le-probleme-a-trois-corpsVivant dans la société la plus pessimiste du monde, il n’est pas étonnant que nos auteurs indigènes ne figurent pas massivement dans ce sujet. Nous avons néanmoins abrité les œuvres de Roland Wagner, le chantre des futurs non-violents !
Pire encore, le principal pays pourvoyeur de positivité en Science-Fiction s’est mis lui aussi à douter de son destin, les États-Unis ne sont définitivement plus ce qu’ils étaient …
L’assurance monolithique des bienfaits du Progrès et de sa Propagation dans tout l’Univers au bout de Phalliques fusées a disparu avec l’adolescence du genre et je crois que c’est heureux.

Car il y a d’autres moyens de célébrer le futur sans ces oripeaux. Peut-être simplement en y écrivant des histoires utilisant un univers riche sans essayer de le sauver, de le promouvoir ou souvent de le dénoncer !
N’est-ce pas la feuille de route d’un auteur oublié ? Le très Vancien Matthew Hughes dont je vous conseille la lecture sans restriction aucune.
Et ce n’est pas si facile qu’il y paraît, sinon nous aurions plus de Roland Wagner et de Matthew Hughes. Paradoxalement parlant l’écrivain de SF n’est-t-il pas enchaîné au présent ?
C’est pourquoi quand de nouvelles voix apparaissent et brisent un moule inconscient, il faut le saluer. Surtout quand ce sont vos serviteurs qui se font les porte-voix 😉 … en toute modestie  bien évidemment.
Je vous annonce donc un livre qui correspond à l’oiseau rare que je viens de vous dépeindre.

Un livre qui vous fera du bien … Un livre avec des gens dedans, pas des héros, des gens ordinaires plongés dans une société multi espèces forcément complexe dans laquelle les humains font plutôt pâle figure. Un univers qui n’est pas sans horreurs, ne serait-ce qu’en raison de l’inévitable relativisme dû aux différentes biologies des espèces pensantes.
Un livre qui, loin des convulsions militaires, met en scène l’équipage d’un vaisseau utilitaire chargé de percer des raccourcis dans l’espace-temps. Un boulot incroyable à nos yeux mais pas très prestigieux en ce lointain futur.

Qu’importe ! À l’aventure ! Découvrez ce lointain univers si exotique au travers de la très jeune et très naïve martienne Rosemarie (genre Homo Sapiens) en rupture de ban et à la recherche d’une nouvelle … famille finalement.

Elle a de la chance car, un vaisseau, quand son capitaine n’est pas un psychopathe, c’est un peu ça.

Et si vous trouvez que votre famille est compliquée, allez tâter un peu de celle-ci, une dizaine d’extra-terrestres différents, une Intelligence Artificielle pas si artificielle que ça et des ennuis personnels à la pelle !
D’aucuns diront que de tels brassages de cultures, de races et d’éducation ne peut que conduire à la catastrophe. Et si …

Et si il suffisait d’enfermer tout ce petit monde dans une boîte de ferraille pendant des mois autour d’un but commun (faire des trous dans le vide …) pour régler plein de choses ?

On peut toujours rêver, rêver d’un avenir meilleur.

Et ça fait tellement du bien.

Ne manquez pas les romans de Becky Chambers !

« Famille signifie que personne ne doit être abandonné, ni oublié ». Lilo&Stitch

Alain Kattnig

#2 Les Utopiales : Exposition Métaquine®

metLors du prochain festival des Utopiales de Nantes, du 29 octobre au 3 novembre, l’univers de Métaquine® fera l’objet d’une exposition rassemblant plus de deux cents créations visuelles (dessins originaux, infographies, objets 3D, etc.). Le visiteur pourra ainsi approcher les personnages du livre, ses décors, sa neurochimie et autres inventions technologiques qui émaillent son intrigue.
Que les lecteurs de Métaquine® – passés, présents ou à venir – se rassurent , l’exposition ne livre aucunement le fin mot de l’histoire.  Elle se veut davantage un prolongement graphique du livre que son illustration, une réflexion sur le processus d’écriture et les idées qui le guident plutôt qu’une conforme mise en images. Des figures et des paysages naissent ainsi en amont et en aval du récit. On découvrira des portraits de jeunes gens qui, sans appartenir au roman,  pourraient évoluer dans le futur proche qu’il met en scène. On verra quelles formules sont à l’origine de Métaquine® et sous quels emballages son fabricant GlobantisPharma commercialise le médicament. On saura à quoi ressemblent la chapelle de la Guillanne, le tableau oublié de Hopper et les calottes cérébrales. On saura comment le chat de Schrödinger sort de sa boîte et combien de formes peut prendre le multivers. Bref, l’exposition digresse et déambule autour de Métaquine®, se nourrissant de son imaginaire sans le trahir ni l’épuiser.
François Rouiller, l’auteur du roman et des images de l’expo, participera à plusieurs tables rondes au programme des Utopiales et dédicacera ses ouvrages (avec un dessin).

samedi 29  15h, Scène Shayol : Le voyage fantastique ; 16h, Agora de Mme Spock : rencontre avec l’auteur

dimanche 30  16h, Scène Shayol : Le gène égoïste

lundi 31 14h, Scène Shayol : Vivant das la machine et machine dans le vivant

Enfin, Métaquine® figure sur deux listes de romans sélectionnés pour des prix décernés pendant les Utopiales : le prix Utopiales Européen et le prix Julia Verlanger.

met2

met3Et en attendant les Utopiales, nous vous avons concocté une galerie de portraits sur Pinterest reprenant les illustrations de François Rouiller.

Pinterest

#1 Lev Grossman aux Utopiales 2016

#1 Les Utopiales : Lev Grossman vient en France !

C’est avec un immense plaisir, pour vous, lecteurs, comme pour nous, éditeurs, que nous annonçons la venue exceptionnelle de Lev Grossman en France, à l’occasion de la 17e édition des Utopiales ! Vous aurez ainsi l’occasion de rencontrer l’auteur américain de la brillante trilogie des Magiciens.

Les romans ont d’ailleurs fait peau neuve au printemps dernier, pour la sortie inédite du troisième et dernier volume :

couvertures

D’ici l’ouverture du festival tant attendu, pourquoi ne pas également découvrir l’univers sous un autre angle, puisque Syfy US s’est emparé de la trilogie pour en faire une série télé ?

Et le hasard fait bien les choses (ou bien la magie, qui sait…), car c’est cette semaine, mardi 4 octobre à 20h55 pour être exact, que débutera la diffusion sur Syfy France de l’adaptation télévisuelle des Magiciens.

D’ailleurs, vous pouvez d’ors et déjà visionner gratuitement le premier épisode dans son intégralité sur le site Allociné (par ici !).

capture-decran-2016-09-29-a-10-54-32

Alors n’hésitez plus à plonger dans l’univers magique et sombre que nous dépeint Lev Grossman et rendez-vous la semaine prochaine pour la suite du programme Utopiales !